Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....

mardi 29 novembre 2011

Candidat. Certes, mais pourquoi faire ?

MORIN est un nom de famille porté par 44 585 personnes en France. Il y en a quelques-uns de célèbres comme Edgar, le sociologue ou encore Christian le Clarinettiste. Celui qui nous intéresse se prénomme Hervé et joue de la Flûte.
Le 28 novembre, il a annoncé en grande pompe sa candidature à l'élection présidentielle.
Le financement de sa campagne électorale (3.000.000€ selon lui) est déjà bouclé. Comme tous les candidats, il recevra 860.000€ de l'Etat. Son association de soutien ayant engrangé 300.000€, il reste à trouver 1.840.000€.

Pas de problème.
Selon le Nouvel Obs., le Crédit Agricole Normandie-seine va lui prêter. Comme quoi, contrairement à ce qu'on dit, les banques n'hésitent pas à prendre des risques. C'est d'autant plus remarquable que Morin est crédité de 0.5 à 1% d'intention de vote, un récent sondage l'ayant même crédité de ...0% ! Moins que Fréderic Nihous et à égalité avec Philippe Poutou !!!!
Bien entendu, Hervé Morin a un programme (ICI : Hervé Morin 2012 ) 
Si vous avez le courage de le lire, vous vous apercevrez vite que c'est une hallucinante accumulation de poncifs et de lieux communs.
Morceaux choisis : (en rouge mon commentaire)
     - "La francophonie, c’est d’abord la fierté de la langue française"...Plus que pour la langue anglaise ?
     - "De nouvelles sources de financement seront imaginées"... j'ai des idées pour vos impôts !
     - "Il n’y a pas de ruralité sans paysans"... Et vice-versa !
     - "L’égalité entre les hommes et les femmes ne se fera pas seulement par les femmes. Elle doit se faire avec les hommes"... Je ne vois pas avec qui d'autre...Un 3ème sexe peut-être ?
     - "Pour créer des emplois, il faut assouplir le droit du travail tout en préservant les protections offertes aux salariés"... Vieille antienne de la droite !
     -"Le monde est en train de changer"...Sans blagues !
     -"Bien que la France dispose d’une administration efficace et moderne, notre Fonction publique est trop souvent mal employée et pas suffisamment utilisée au regard du haut niveau de compétence qui la caractérise." ...Un petit coup de cirage sur les pompes des fonctionnaires, ça peut pas nuire !
En première page de son site, Hervé Morin nous annonce la couleur : "Des idées neuves pour changer  la France".


Les voici :




 Lisez ces propositions, si vous en trouver ne serait-ce qu'une seule de "neuve", faite le moi savoir !
En réalité, Hervé Morin est un bouffon qui feint de s'apercevoir que la politique menée depuis  2007 est mauvaise. Il fait semblant d'oublier qu'il a été un membre dévoué servile de ce même gouvernement pour lequel il n'a pas de mots assez durs. 
Pourtant, le scénario est déjà écrit. 
En admettant qu'Hervé Morin aille jusqu'à l'élection, ce qui est loin d'être acquis, il se ralliera sans tarder à Sarkozy partant du principe qu'il ne faut jamais insulter l'avenir, et qu'un petit poste, aussi minable soit-il est toujours bon à prendre quand on s'appelle Hervé Morin.
Portez-vous bien et votez (même éventuellement pour Hervé Morin, si le coeur vous en dit...) !


     



lundi 28 novembre 2011

DSK, le retour...


Vous pensiez, comme moi, que "l'affaire DSK" était terminée. Erreur !
Voici qu'un obscur journaliste américain relance l'affaire en mettant en avant certaines zones d'ombre et par la même, remet la théorie d'un complot à l'ordre du jour.
Un complot dans lequel l'UMP, et donc Sarkozy, aurait sa part. Bien que farouche opposant à ce parti, je n'imagine pas une seconde qu'il ait une quelconque responsabilité dans cette pantalonnade.
Et quand bien même on trouverait une quelconque trace de complot, cela n'enlèverait rien au problème de fond : DSK, Directeur du FMI et super-favori de l'élection présidentielle est un bouc lubrique, incapable de contrôler ses pulsions et donc indigne d'occuper les fonctions qu'il briguait.
En outre, il n'y a pas que le Sofitel. Et les touzes du Carlton de Lille ?
L'avenir nous dira, peut-être, où se trouve la vérité. En attendant, Bon débarras !
Pour vous faire une idée, je vous ai retranscris ci-dessous l'article de Elise Barthet sur le site de Le Monde.fr



L'affaire du Sofitel de New York est loin d'avoir  livré tous ses secrets. Accusé d'agression sexuelle par une femme de chambre le 14 mai dernier à New York, Dominique Strauss-Kahn a admis une "faute morale" après avoir  échappé à un procès au pénal. Mais l'affaire n'est pas close. Les questions inédites posées par Edward Epstein dans un long article de la New York Review of Books à paraître  ce week-end, et auquel LeMonde.fr a eu accès, soulèvent de nouvelles zones d'ombre.
Qu'est-il advenu du BlackBerry disparu de l'ancien directeur du FMI ? Avait-il été piraté ? Que s'est-il passé dans la chambre 2820, située au même étage que la suite de DSK et où Nafissatou Diallo s'est rendue à plusieurs reprises avant et après sa rencontre avec l'ancien favori des sondages ? Le journaliste américain, qui a eu accès aux enregistrements réalisés par des caméras de surveillance du Sofitel et à certains relevés téléphoniques, revient, minute par minute, sur les événements troubles qui ont jalonné ce 14 mai.

 Début de matinée
Dominique Strauss-Kahn découvre qu'il a "un sérieux problème avec un de ses téléphones BlackBerry". L'appareil, qu'il utilise pour envoyer  et recevoir  des messages personnels et professionnels, a vraisemblablement été hacké. Une amie de l'ancien directeur du FMI, qui travaille comme documentaliste au siège parisien de l'UMP, lui a envoyé un message dans la matinée pour le prévenir  "qu'au moins un de ces e-mails privés récemment envoyés depuis son BlackBerry à son épouse, Anne Sinclair, avait été lu dans les bureaux de l'UMP à Paris."


10 h 07
Inquiet, Dominique Strauss-Kahn téléphone à sa femme depuis le BlackBerry en question. "Au cours d'une conversation qui dure moins de six minutes, il lui annonce qu'il a un gros problème" et insiste pour qu'elle contacte Stéphane Fouks. Patron de l'agence Euro RSCG, ce dernier pilote depuis quatre ans la stratégie de communication de DSK en vue de la présidentielle de 2012. L'ancien directeur du FMI demande à son épouse de prévenir  cet "ami" pour qu'il puisse rapidement "faire examiner  le BlackBerry et l'iPad par un expert", une fois que DSK sera rentré à Paris.

12 h 06 - 12 h 07
Nafissatou Diallo, qui travaille depuis trois ans comme femme de chambre au Sofitel, pénètre dans la suite présidentielle occupée par Dominique Strauss-Kahn. D'après les déclarations de l'ancien directeur du FMI, ses bagages sont "visibles" dans l'entrée. "En temps normal, rappelle le journaliste de la New York Review of Books, le personnel n'entre pas dans une chambre pour la nettoyer  tant que le client s'y trouve".
Que se passe-t-il dans les six ou sept minutes qui suivent ? Edward Epstein s'en tient au rapport du procureur de New York qui évoque un "rapport sexuel hâtif". A 12 h 13, Dominique Strauss-Kahn téléphone à sa fille Camille avec laquelle il a rendez-vous pour déjeuner , pour la prévenir  qu'il risque d'être  en retard.

12 h 26
Nafissatou Diallo entre dans la chambre 2820, située au même étage que celle de Dominique Strauss-Kahn. La femme de chambre s'y est déjà rendue à plusieurs reprises dans la matinée, selon Edward Epstein. "Y avait-il quelqu'un dans la chambre 2820 en dehors de Nafissatou Diallo avant et après sa rencontre avec DSK ? Si oui, qui étaient-ils et que faisaient-ils là ; et pourquoi, dans tous les cas, Diallo a-t-elle nié qu'elle s'était rendue dans la chambre ?" s'interroge le journaliste. Questionné à ce sujet par les avocats de l'ancien directeur du FMI, le groupe Accor a refusé de répondre .

12 h 28
Dominique Strauss-Kahn quitte le Sofitel dans un taxi en direction du restaurant McCormick & Schmick's, sur la Sixième Avenue. D'après les caméras de surveillance de l'établissement, il arrive à destination à peu près une demie-heure plus tard.

12 h 51
Le téléphone de DSK est déconnecté et le système de géolocalisation de l'appareil désactivé, comme en témoignent les archives de la compagnie BlackBerry. "Si on excepte la possibilité d'un accident, pour qu'un téléphone soit mis hors service de cette façon, il faut, selon un expert légal, une connaissance technique du fonctionnement du BlackBerry", précise Edward Epstein.

12 h 52
Nafissatou Diallo est prise en charge par le service de sécurité de l'hôtel.

13 h 03
John Sheehan, un expert des questions de sécurité "identifié sur son profil LinkedIn  comme 'directeur de la sûreté et de la sécurité' chez Accor", reçoit un appel du Sofitel. Appelé en renfort pour assiter les équipes de l'établissement, il passe au moins un coup de fil dans la voiture qui le conduit à l'hôtel. A qui et pourquoi ? Impossible de le savoir . Le journaliste de la New York Review of Books se borne à rappeler  que le responsable de la sécurité  du groupe Accor, et donc le plus haut supérieur hiérarchique de John Sheehan, n'est autre que René-Georges Querry, un ancien membre de la brigade antigang, qui "a travaillé dans la police avec Ange Mancini, coordinateur national du renseignement du président Sarkozy".

13 h 33
Brian Yearwood, ingénieur en chef du Sofitel, et un homme dont l'identité n'a pas été dévoilée – mais qui a auparavant accompagné Nafissatou Diallo jusqu'au PC sécurité – s'éloignent du groupe rassemblé autour de la femme de chambre. A l'abri des regards, ils se congratulent, frappent dans leurs mains et se lancent dans "ce qui ressemble à une extraordinaire danse de fête qui dure trois minutes". Pourquoi les deux hommes se livrent-ils à une telle démonstration de joie ? Edward Epstein, qui a visionné les enregistrements des caméras du Sofitel, s'abstient d'émettre  la moindre hypothèse.

14 h 05
Deux officiers de police arrivent au Sofitel.

14 h 15
Dominique Strauss-Kahn se rend compte dans le taxi qui le mène à l'aéroport que le BlackBerry qu'il souhaite faire  expertiser  à Paris a disparu. Depuis un autre mobile, il réussit à joindre  sa fille et lui demande de retourner  au restaurant pour vérifier  que l'appareil ne s'y trouve pas. Camille renvoie un message à son père à 14 h 28 pour le prévenir  qu'elle a fait chou blanc. A 15 h 01, le directeur du FMI, toujours en route vers l'aéroport, essaie en vain de joindre  le BlackBerry à partir  de son portable de rechange. Une demie-heure plus tard, il se résigne à appeler  le Sofitel pour avertir  le personnel qu'il a vraisemblablement oublié son téléphone dans la suite 2806.


15 h 42
Un employé de l'établissement new-yorkais rappelle DSK. L'homme, qui parle en présence d'un détective de la police, annonce "faussement" à l'ancien directeur du FMI que son téléphone a été retrouvé. Il lui propose de lui faire  porter . "Je suis au terminal d'Air France, porte 4, vol 23", répond l'intéressé.

16 h 45
La police arrête Dominique Strauss-Kahn dans l'avion qui devait le conduire  à Paris. Le BlackBerry ne sera jamais retrouvé et les soupçons de piratage de l'appareil jamais étayés par des analyses d'expert.

Dernière minute : le journaliste Edward Epstein qui prétendait posséder des documents vidéos provenant des caméras des surveillance du Sofitel et menaçait de les diffuser à la TV pour étayer sa théorie du complot vient d'avouer qu'il ne possède pas ces documents. Ca pue l'arnaque à plein nez...

Illustrations : les faux tweets proviennent de @kaboul_fr


dimanche 27 novembre 2011

5000...

Cap2blog vient de franchir le cap symbolique des 5000 connexions.



Ce chiffre parait bien modeste comparé à celui réalisé par certains de mes "confrères". Mais à mes yeux, il est énorme et très au-delà de ce que je pouvais imaginer lorsque je me suis lancé sur Blogger et lorsque j'ai publié ma 1ère contribution. Depuis, mon blog a énormément évolué, tant dans le fonds que dans la forme et je ressens plus qu'un plaisir à écrire : un besoin, pire, une addiction !
Cette addiction est telle qu'une idée folle a germé : et si je me lançais dans l'écriture d'un roman d'une nouvelle ? Le projet est en train de mûrir lentement et vous n'êtes pas à l'abri d’être les premiers à lire le futur Goncourt Renaudot Prix des lecteurs du Petit Charolais Libéré...
En attendant, revenons à notre blog.
Après un court passage à vide durant l'été, la fréquentation est repartie de plus belle, avec toutefois des hauts et des bas selon le sujet traité. Ainsi, j'ai remarqué que les billets traitant de notre bien aimé Président étaient un peu moins lus que ceux d'ordre plus général.
J'en tire deux conclusions :
     1-Pour qu'un blog soit régulièrement suivi par ses lecteurs, il faut savoir rester fidèle à sa ligne éditoriale. Or, ayant créé Cap2vote-2012 pour pouvoir m'exprimer librement sur des sujets très politiques et généralement défavorables à sa Majesté et ses sbires, je n'ai malheureusement pas résisté à la tentation de les publier également sur Cap2blog. Erreur fatale, game over !
     2-Cette baisse de fréquentation lors de la publication de ces fameux billets prouve que le Grand Petit Mamamouchi conserve encore des partisans. Si ! Et donc que rien n'est gagné et qu'il va falloir maintenir la pression en 2012...
Conclusion : à partir de pas plus tard que tout de suite, plus de billet anti-Sarkoziste sur Cap2blog. Pour les Sarkophages, rendez-vous sur Cap2vote-2012
A l'occasion de cette 5000ème visite, je vous propose un sondage, là, dans le haut de la colonne de gauche. N'hésitez pas à participer.

Evolution de la fréquentation du blog :



A quand le 10 000ème visiteurs ?
En attendant, portez-vous bien...

vendredi 25 novembre 2011

Coach again...


Billet édité initialement sur  Cap2foot  mais pouvant intéresser d'autres lecteurs que les footeux...

Voici donc le fameux Classico OM-PSG.
Les médias, y compris ceux qui ne s'intéressent au foot que de façon épisodique, vont en faire des tonnes jusqu'à dimanche.
Pour pas grand chose en réalité. Nous ne sommes plus dans les années 90 où la rivalité entre les deux clubs était soigneusement entretenue par un Bernard Tapie qui faisait souffler la haine sur le terrain. L'affrontement allait bien au-delà du simple match de foot, c'était le combat de la Capitale contre la Province et Nanard, l'homme sévèrement burné, saisissait la moindre occasion pour souffler sur les braises, toujours à son plus grand profit.  La qualité du jeu produit n'avait guère d'importance, il fallait gagner, point. Et de fait, on voyait plus de coups distribués que de buts marqués.
Aujourd'hui, les choses ont bien changé et les deux clubs ont plus de points communs que de désaccord.
A commencer par la situation de leur entraineur.
Antoine Kombouaré est le coach du PSG. Son équipe est en tête du championnat et le podium, sinon le titre lui semble promis. Seulement voilà ! Ca ne suffit pas aux nouveaux propriétaires Qataris. Il veulent pour le PSG un destin à la Manchester United, 500 millions de supporteurs dans le monde, dont une grande partie en Asie et en Orient (là où il y le fric). Et il y a un gros hic ! Demandez à un péquin à Pékin "qui est Alex Ferguson" ? Il y a de très fortes probabilités pour qu'il vous réponde : "le coach de Manchester United". Demandez au même individu "qui est Antoine Kombouaré", il vous regardera avec des yeux ronds effarement et vous demandera "这是 ?", ce qui comme vous le savez veut dire "Qui c'est ?". C'est bien  là le problème et la raison pour laquelle Kombouaré est condamné, quelque soit les résultats du club, à fortiori si les contre-performances venaient à s'accumuler. Une défaite au Vélodrome dimanche pourrait suffire pour que Léonardo, manager général fantoche faux-nez des Qataris, appuie sur le bouton du siège éjectable. Sauf que l'opération Ancelotti (remplacement de Kombouaré par le très médiatique entraineur italien) ayant foiré (pas folle la guêpe, Ancelotti n'a aucune intention de venir se cramer à Paris et il préfère la livre sterling à l'euro...) il faudra sans doute faire avec l'actuel coach jusqu'à la fin de la saison. Un coup de chapeau au Toine : il sait que sa situation est précaire et malgré cela, fait montre d'un comportement tout à fait remarquable.
Pour Didier Deschamps, la situation est tout aussi délicate, mais pour d'autres raisons. Deschamps a la confiance de ses dirigeants et il a obtenu les pleins pouvoirs. Situation inédite pour un entraineur de l'OM et qui ne réjouit pas forcément tout le monde, y compris au sein même du club, certains, et non des moindres (au hasard monsieur Anigo) s'activant en coulisses pour lui savonner la planche et lui pourrir la vie. Ce qui prouve que l'OM sera toujours l'OM.
Cette situation serait éventuellement gérable si l'équipe flirtait avec le haut du classement. Hélas, l'OM accumule les mauvais résultats doublés de prestations catastrophiques et jamais Deschamps n'a autant justifié son surnom de "La Dêche"... Le but encaissé en Ligue des Champions, à domicile, alors qu'une qualification pour le tour suivant était à portée de main pied a révélé le malaise profond qui règne au sein du club. Au delà de la défaite, toujours possible, ce qui pose problème, c'est le scandaleux comportement de joueurs totalement démotivés évoluant comme des fantômes, le scandaleux  comportement de ces mêmes joueurs traitant leur coach de "fils de pute", leurs scandaleuses réactions de vierge effarouchée suite aux reproches de leur Président, leurs scandaleuses hygiène de vie, (boite de nuit, putes, alcool et plus si affinités...).Etc...etc...
Malgré ses qualités indéniables, Deschamps ne s'en sortira pas. Car on est à Marseille et le public Marseillais qui partage avec celui du PSG le titre envié de "supporteurs les plus cons de France" n'acceptera pas une défaite face à l'ennemi juré. Et quand on connait leur poids à l'OM, on peut craindre pour la peau du Dédé.
Finalement, la situation des deux coaches relance l'intérêt de ce match. Car pour l'un comme pour l'autre, c'est défaite interdite.
En attendant le choc et ses conséquences, shoooote again !

PS : au fil de mes voyages internet sur la planète foot, j'ai découvert un site parodique : Footito, où chacun peut proposer des statuts et des commentaires en se faisant passer pour l’équipe de son choix. Et qui prouve qu'il n'y a pas que des beaufs qui s'intéressent au foot... Désormais, vous aurez droit à un exemple avec chacun de mes billets . On commence tout de suite :

Source : Footito.fr

jeudi 17 novembre 2011

Changeons l'eau du bocal...

Et si on faisait une pause ?
Non que je sois en manque de sujets qui fâchent,bien au contraire,  mais ça devient lassant et un tantinet déprimant. Inutile d'alimenter le défaitisme ambiant. Alors, changeons l'eau du bocal !
A moins que vous ne reveniez d'un long séjour sur Pandora, vous connaissez forcément Twitter et Facebook. Au pire, vous en avez entendu parler.
Ce sont des "réseaux sociaux". En quelques années, ils ont conquis le monde : Facebook revendique 610 millions d'utilisateurs, dont 21 en France, Twitter 200 millions dont 2.5 en France.
Naturellement, je suis inscrit sur ces deux réseaux, ICI Mon Twitter et LA Mon Facebook.
Ces deux réseaux sont très différents l'un de l'autre et ne répondent pas au même besoin.
Aujourd'hui, intéresserons nous  à Twitter.
Kesako Twitter  ?
"Twitter est un outil de réseau social et de microblogage qui permet d’envoyer gratuitement des messages brefs,(140 caractères maximum) appelés tweets, par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS.
Outre cette concision imposée, la principale différence entre Twitter et un blog traditionnel réside dans le fait que Twitter n’invite pas les lecteurs à commenter les messages postés." (Source : Wikipédia).


Si vous voulez vous lancer, allez voir ICI : Twitter pour débutant.

Ca vous a donné envie, vous avez créé votre profil et, les doigts vous démangeant, vous avez écrit votre premier Tweet. Comme vous êtes un grand naïf, vous pensez que la terre entière est déjà en train de le lire. Calmos, sur Twitter, il y a les suiveurs et les suivis. En clair, vous lirez les Tweets des autres et  personne ne lira les vôtres. Comme en gros 90% des Twittos. Car pour être lu, il faut soit être très doué soit être très connu, voire très doué et très connu...
Alors, à quoi ça me sert de Twitter ? Une bouffée de colère qui monte, une rage soudaine, vite, faut évacuer, lâcher la vapeur. Ecrire un billet sur Cap2blog ? Trop long. Alors un Tweet vite fait. Ca soulage et je me sens tout de suite mieux, comme après un petit pet libérateur.
Twitter est aussi une porte ouverte sur le vaste monde. Les contributeurs ajoutent souvent à leurs Tweets des liens vers des sites, des articles, des photos intéressants (où pas) !
C'est le cas, par exemple, de "Le_M_Poireau", un sérial Twittos  Belge de son état et très gros producteur (41 231 tweets au moment où j'écris) suivi par 4786 abonnés. Ses tweets sont une mine d'information, on a l'impression que rien de ce qui se passe dans le monde ne lui échappe ! Voir aussi ICI son blog.

Dans un autre genre, il y a Yves LANDE.
Lui aussi suit l'actualité de très près, mais son domaine de prédilection c'est l'humour. Donnez-lui n'importe quel évènement, il vous pond une vanne, et plutôt fine. Par exemple : "J'ai mis mon smartphone en « mode avion », et je me suis lancé du balcon. Voilà, voilà. Présentement, je tweete depuis ma chambre d'hôpital". Il est probablement de gauche ou du moins anti-Sarkozyste (à vérifier). Pas très gros producteur (8887 Tweets), mais très suivi : 38930 abonnés...ICI Les Tweets d'Yves LANDE

Naturellement, ceux qui font les unes de l'actualité se retrouvent tout naturellement en première ligne sur Twitter. Inutile de vous dire que DSK a eu droit à un régime de faveur. Notamment chez Kaboul.fr qui lui a inventé un compte Twitter parodique qui n'a rien à voir avec l'officiel mais qui nous fait bien rire aux dépens du Lubrique. ICI les Tweets parodiques de DSK. et ICI le site de kaboul_fr.

Dans la jungle de Twitter, il y a  aussi des sites de haut niveau abordant des sujets sérieux et tenus par des auteurs de haut niveau.
Par exemple Maître Eolas. Qui est Maître Eolas ? Consultons Wikipédia : "Maître Eolas est le pseudonyme d'un avocat au barreau de Paris, auteur d'un blog juridique français, Journal d'un avocat, ouvert en 2004. Il y traite de l'actualité de sujets juridiques et raconte " l'envers du décor du Palais...Eolas se définit comme « un avocat qui aime le rugby, qui fait du vélo et qui est marié à une Espagnole"...Ses billets relatent des anecdotes d'audience, expliquent des décisions dont la presse se fait écho, commentent des réformes législatives. En outre, ils proposent à ses lecteurs de se glisser à la place du juge et de proposer la décision qu'ils auraient eux-mêmes prise dans une affaire où les faits sont exposés, les plaidoiries et réquisitions résumées, et où il explique finalement les possibilités qu'offre la loi".
Ses Tweets sont complétés par un site passionnant ICI :  Maitre Eolas. Résultat ? 28705 Tweets publiés mais surtout 51655 abonnés (dont moi !).

Allez faire un tour sur Twitter. Mais attention, vous risquez de devenir accro et de ne plus pouvoir vous passer des potins du net. Comme moi.
Un dernier point, et non le moindre : Twitter est gratuit et n'a rien a vendre. Donc, pas de pub sur le site, pas de fenêtres pop-up qui s'ouvrent inopportunément, pas d'offres alléchantes qui vous incitent à faire chauffer la Carte Bleue !  C'est suffisamment rare pour être signalé.
Une prochaine fois, je vous parlerai de Facebook.
En attendant, portez-vous bien.

PS : Tiens, vite fait au moment de publier, un petit dernier de DSK pour la route ;+)








mardi 15 novembre 2011

La peur...

Si vous lisez régulièrement mes billets, vous savez que je suis nous sommes en train de préparer notre prochain déménagement.
La date fatidique se rapproche, nous avons accéléré la cadence pour la confection des cartons. A priori, nous sommes dans les temps, mais on est jamais assez prudent, le stress est là, bien présent et ne disparaîtra que lorsque nous aurons intégré notre nouvelle résidence.
Cette préoccupation me détourne évidemment quelque peu de mon blog mais ne m'empêche pas de monter en température lorsque j’entends certaines déclarations. Comme par exemple les attaques contre François Hollande.
Alors ce matin, je laisse un instant mes cartons et mes rouleaux de scotch pour écrire vite fait ce petit billet.
Donc, la droite tire à boulets rouges contre le candidat socialiste.
Ce n'est pas un hasard, mais une stratégie mûrement réfléchie au plus haut niveau et dont la cause me semble évidente.
Dans l'esprit de la droite, le scénario de la Présidentielle était ficelé : DSK ayant remporté les primaires, il affronterait donc Sarkozy et les stratèges de la droite avaient prévu de révéler ses turpitudes entre les deux tours. Car si le grand public ne savait quasiment rien des gros besoins du bouc du FMI, dans les hautes sphères, nul ne l'ignorait. La révélation de sa voracité l'aurait fait exploser en plein vol et le Satrape aurait été réélu dans un fauteuil.
Manque de chance, le Faune en se disqualifiant tout seul a déjoué leurs plans.
Alors, pour reprendre la main, NabotLéon enfile à nouveau son costume de super héros sauveur du monde. Après avoir dégommé ses ex-copains dictateurs d'Afrique du Nord, il sauve l'Euro, fesse copieusement Papandréou, vire Silvio "Caligula" Berlusconi et se tâte pour aller casser la gueule aux Iraniens.
Dans le même temps, pour disqualifier le bon François, il fait monter au front ses petits soldats.
Prenons Rama Yade. On peut comprendre son intervention : n'ayant jamais eu grand chose à faire et plus rien du tout depuis sa démission du poste d'ambassadrice auprès de l'Unesco, elle avait choisi de s'occuper en  misant sur le cheval mulet Borloo. Manqué ! Elle consacre donc son temps libre a réfléchir et à balancer des déclarations définitives du style : "les socialistes n’ont pas parlé de défaite"...C’est une victoire de la majorité" ; et elle en profite pour annoncer un scoop : au 2ème tourelle "voterait Sarkozy"...!!
Monsieur Chatel a lui aussi du temps libre : après avoir attentivement relu toute l'oeuvre de Jean de Brunhoff et de René Goscinny, il en a conclu et l'a triomphalement annoncé sur une radio libre (RTL) que F.Hollande, c'est Babar et N.Sarkozy Astérix !!! Je rappelle à ceux qui reviendraient d'un long séjour sur Mars que ce monsieur est ministre. Et pas n'importe quel ministre, celui de l'éducation nationale ! On pourrait penser qu'un homme qui occupe un tel poste a beaucoup de travail et possède un minimum de compétence. Or L.Chatel est un ignare inculte : pour ceux qui comme moi ne sont pas familiers de l'univers de Babar, lisez ce blog :  Babar ce héros !    
F.Fillon, c'est la cerise sur le gâteau. Souvenez-vous, en 2007 il annonçait d'un  voix sépulcrale qu'"il était le chef de gouvernement d'un pays en faillite". Ce qui l'autorise aujourd'hui à s'en prendre " au programme, aux propositions, aux promesses de François Hollande et du PS qui sont tout simplement irresponsables". C'est qu'en matière d'irresponsabilité nous avons affaire à un connaisseur : depuis 2007, ce gouvernement a augmenté le poids de la dette de 25% !!!
La réalité ? C'est que tous ces braves gens ont peur. Leur joli scénario a coulé et ils trouvent sur leur route un homme qui est l'anti-thèse de celui qu'ils attendaient.
Ils ont peur car ils savent que sous son aspect bonasse, le leader de la gauche est un homme déterminé.
Ils ont peur car derrière ce visage calme et détendu, il y a un dur, le mou supposé est en réalité un tueur.
Ils ont peur car ils pressentent savent que pour eux les carottes sont cuites.
Alors, ils cognent avec l'énergie du désespoir. Ils sont dans leurs rôles et on n'en attendait pas moins d'eux et on en verra d'autres d'ici l'élection.
En revanche, ce que je n'accepte pas, c'est le comportement de certaines personnalités censées souhaiter la défaite du Satrape.
C'est le cas de JL.Mélanchon, triste personnage qui ayant compris qu'il n'avait aucun avenir dans la gauche traditionnelle s'est fait le chantre d'une idéologie d'un autre temps. En traitant F.Hollande de "capitaine de pédalo", il a atteint le degré zéro de la pensée politique, sa seule excuse étant qu'il n'a que ce moyen pour faire parler de son groupuscule en voie d’extinction.
La compagne sera longue et rude, mais la victoire sera au bout du chemin.
En attendant, je vous laisse et retourne à mes cartons.
Portez-vous bien.    

dimanche 6 novembre 2011

L'interview...

Il y a 2 ans, Guy Capdeboscq partait en retrait. A cette occasion, voici l'interview exclusive qu'il a accordé à Cap2blog.

Cap2blog : depuis quand êtes-vous exactement en retraite ?
Guy Capdeboscq : j'ai fait valoir mes droits très exactement le 31 octobre 2009, soit à 60 ans et 27 jours, c'est à dire 21942 jours après ma naissance, soit 14544 jours après la prise de mon premier poste (c'était le 05/01/1970), ce qui fait 39.77 ans (477.27 mois)...Ce qui m'a finalement laisser au moment où nous parlons) 7398 jours (20.2 ans) pour glander....
Cap2blog : vous aviez préparé ce départ ?
GC : oui et non. Oui, parce que bien entendu j'avais depuis longtemps prévenu mon employeur de mon intention de faire valoir mes droits à la retraite, et non, car ce départ ne m'obsédait pas vraiment, je voyais approcher la date avec sérénité. Et peut-être aussi parce que je m'attendais plus ou moins à ce que mon patron me demande de différer ce départ jusqu'aux les fêtes de fin d'années, grosse période d'activité pour l'entreprise.
Cap2blog : et ça n'a pas été le cas ?
GC : non, on ne m'a rien demandé. Il faut dire que mon remplaçant était en place depuis déjà un bon moment. Sans doute souhaitait-il me voir partir pour s'approprier totalement le poste et donner libre cours à ses vastes compétences.
Cap2blog : des regrets ?
GC : aucun. Je note simplement qu'après trois mois en solo, cette personne a jeté l'éponge. Mais je ne porte pas de jugement, je suis passé à autre chose.
Cap2blog : d'accord. Alors, comment ce sont passés les premiers moments de cette retraite ?
GC : dans un premier temps, on ressent la même impression que lorsqu'on est en vacances, sans réaliser que cette fois, il n'y aura pas le fameux stress du "retour de congé". Puis, lorsqu'on a intégré cet état de fait, on accuse un peu le coup, c'est vrai, même si on s'y était préparé.
Cap2blog : pour quelles raisons ?
GC : parce que le changement est radical. Tu vis sur un rythme soutenu dans un stress quasi permanent, le téléphone, le portable sonnent en permanence, les collègues t'interpellent, les clients t'engueulent, les portes claquent, etc...Et puis d'un coup, le calme absolu. Plus un bruit. C'est très déstabilisant.
Cap2blog : et cet état dure longtemps ?
GC : je pense que cela doit dépendre de la personnalité de chacun. Pour moi, je me suis adapté assez rapidement à ma nouvelle situation, d'autant que les fêtes de fin d'années sont arrivées très vite et j'ai pu en profité pleinement pour la première fois depuis des décennies, ayant toujours travaillé dans des entreprises pour lesquelles cette période était lié avec une grosse activité.
Cap2blog : et une fois le fêtes passées ?
GC : c'est à ce moment seulement que j'ai réalisé l'immense privilège dont je bénéficiait.
Cap2blog : de quel privilège s'agit-il ?
GC : du plus grand des privilège : la liberté. La liberté totale. Ne plus dépendre de quiconque, être le propre maître de son temps. Faire ce que l'on veut, quand on veut. Ou presque. Pour la première fois, j'ai pu appliquer sans culpabiliser mon adage favori : "remets toujours à demain ce que tu n'as pas envie de faire aujourd'hui !" Et ça croyez moi, ça n'a pas de prix.
Cap2blog : c'est vraiment la liberté totale ?
GC : honnêtement, pas tout à fait. Il y a tout de même des contraintes domestiques quotidiennes. Et lorsque vous vous retrouvez à la maison alors que votre épouse continue sa carrière, en réalité vous changer de patron.
Cap2blog : ??????
GC : à vous les joies des tâches ménagères....Quand la patronne arrive le midi pour déjeuner, elle se met direct les pieds sous la table. Idem le soir. En réalité, on est en liberté ...surveillée.
Cap2blog : avez-vous réalisé tous les projets que vous aviez en tête ?
GC : Hélas non ! Par exemple cette année, j'ai repris un permis de pêche pour la 1ère fois depuis 8 ans. Et je n'y suis allé que 3 fois...car nous avons mis en route un autre projet.
Cap2blog : on peut savoir ?
GC : bien sûr. Depuis quelque temps, en fait quelques mois après ma retraite, je me suis rendu compte que la maison dans laquelle nous vivions, certes agréable, ne répondait plus tout à fait à nos besoins.
Les pièces d'habitations en premier lieu, situées à l'étage. Cela n'était pas gênant lorsque je travaillais, mais maintenant étant souvent à la maison, c'est un réel problème. Par exemple lorsque tu cuisines et que tu t'aperçois que ta bouteille d'huile est vide, il faut descendre en chercher une autre, le stock alimentaire se trouvant au rez de chaussée. 22 marches dans un sens, 22 dans l'autre. Et parfois, arrivé en bas, tu ne te rappelles plus ce que tu es descendu faire (c'est l'âge :+[ ). Ou bien l'été, pour profiter de la terrasse, il faut descendre et remonter tout le matériel, la nourriture, les boissons...En outre, les enfants petites-enfants grandissent vite et désormais ils ont besoin de plus d'espace pour s'exprimer et vivre lorsque nous avons la joie de les recevoir.
Mais pour être honnête, la principale raison est une certaine forme de lassitude. Nous avons été habitué à fréquemment changer de lieu de résidence. Pour ma part, ce sera le 14ème (série en cours), soit une moyenne de 1 tous les 3 ans...Je vous en parlerai en détail une prochaine fois.
Ce changement de cadre de vie va nous rebooster, une fois les tracas du déménagement résolus et évidemment il y en a quelques -uns. Et ce n'est pas simple. Armons nous de patience et surtout de courage, fin décembre nous serons dans nos nouvelles pénates.
Cap2blog : une nouvelle vie en quelque sorte...
GC : c'est quasiment ça, oui. Des envies qui sont latentes et qui vont revenir avec force sans aucun doute. C'est très motivant car le pire des dangers est de s'endormir petit à petit s'en même s'en rendre vraiment compte, la routine s'installe insidieusement et c'est terrible. Là, on va prendre un bon coup de pied au c.. et on va repartir à donf.
Cap2blog : et ensuite ?
GC : la prochaine échéance importante sera lorsque mon épouse prendra sa retraite. Nous avons 5 à 7 ans devant nous [à son grand désespoir :+} ] Le moment venu, nous aurons de grandes décisions à prendre, mais nous avons encore le temps d'y penser.
Cap2blog : pour conclure, que peut-on vous souhaiter ?
GC : rien de spécial. Nous menons une vie tout à fait ordinaire et modeste et nous nous en accommodons malgré les vicissitudes que nous ne manquons pas de connaitre, comme tout un chacun. On pourrai même dire que nous sommes heureux, si tant est que cette notion soit définissable. Que notre petit bonhomme de chemin continue tranquillement, comme actuellement , et que nous ayons le bonheur de profiter pleinement des joies que nous apportent nos enfants et petits-enfants, même si l'éloignement nous empêche d'en profiter plus souvent. Tous les jours nous pensons à eux.
Cap2blog : alors bonne continuation et à une prochaine fois.
Gc : merci à vous mais j'allais oublier un voeu essentiel : que Sarkozy et sa clique dégage en mai prochain...


PS : ce déménagement risque de ralentir quelque peu le rythme de parution de mes billets. Déjà, je n'ai pas eu le temps de commenter la dernière journée de foot. Cela est provisoire et repartira bien vite, notamment à travers Cap2vote, car 2012 sera politique ou ne sera pas...








samedi 5 novembre 2011

Censuré....

"La censure est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d'expression de chacun. Elle passe par l'examen du détenteur d'un pouvoir (étatique ou religieux par exemple) sur des livres, journaux, bulletins d'informations, pièces de théâtre et films, etc. -- et ce -- avant d'en permettre la diffusion au public. Par extension, la censure désigne différentes formes d'atteintes à la liberté d'expression, avant et/ou après leur diffusion (censure a priori et a posteriori)..." (wikipédia)


La censure existe aussi sur le net. S'exerce t-elle à bon escient ?
Bien sûr que non pour les raisons évoquées ci-dessus.
Qu'un individu, ou un groupe d'individu, puisse décider tout seul dans son coin de ce que les autres ont le droit où non de lire est un bon début pour une société totalitaire. Si une personne se trouve offensée par sa mise en cause dans un article, elle a de multiples moyens à sa disposition pour le faire savoir et n'a certainement pas besoin d'un censeur armé d'une paire de ciseaux.
La censure existe, je l'ai rencontrée.
Lorsque j'écris sur mon blog, je publie également sur le site "Le Post".
Concernant mon dernier billet, publié le 4 novembre et intitulé "La Grèce, la BNP et le Satrape (fable moderne), lisible ICI : -------CENSURE------- j'ai reçu de la part de "Le Post.fr" le mail suivant, que chacun interprétera à sa façon...

"Bonjour Cap2blog


Après lecture et analyse attentive de votre article du 04.11.11 18h52 par notre équipe de modération, celui-ci a dû être retiré de la publication en raison de sa non-conformité vis-à-vis de la charte d’utilisation du Post.fr
Nous tenons à vous assurer que nous faisons tout notre possible pour accepter le plus grand nombre de messages et que tous nos modérateurs sont tenus à une stricte obligation d’impartialité.
La neutralité de leur analyse est d’ailleurs régulièrement vérifiée par un superviseur.
Toutes les opinions sont acceptées dans la limite des règles définies dans la charte éditoriale et sous réserve de les exprimer de manière courtoise, argumentée, et sans agressivité.
Le motif de retrait de votre article est : Propos insultants
Les propos insultants ou haineux envers un utilisateur,  une personne,  une communauté, une entreprise ou une organisation, ne sont pas autorisés par la charte du site.
Sont considérés comme injurieux les propos haineux, grossiers ou dégradants, utilisés pour qualifier autrui dans le but prémédité de l’offenser."


Entendons-nous bien : je ne me pose pas en victime, en réalité je m'en fous complètement. Simplement les états d'âme de "Le Post.fr" me semblent grotesques et je tenais à le faire savoir.
Portez-vous bien...
Pour info le même billet a été posté (sans réactions à l'heure où j'écris) chez Blogger, Facebook, Twitter...

vendredi 4 novembre 2011

La Grèce, la BNP et le Satrape (fable moderne)...

Ainsi, il semble que Papandréou le moustachu va soulever son chiton à la grande satisfaction de notre Enculeur national.
Le coût de la vaseline sera ajouté au montant de la dette.
Cela confirme en partie ce que je présentais dans mon précédent billet (ICI). Le bon Georges n'a pas la carrure pour résister à la pression de ses "bons amis" européens.
Il semble que le référendum n'aura pas lieu et un gouvernement de salut public va être formé à Athènes. Va falloir m'expliquer comment des zozos pourris jusqu'à l'os, qui se tiraient dessus à boulets rouges hier encore, vont pouvoir se mettre d'accord sur un ligne de conduite commune.
J'attends de voir !
D'autant qu'un gouvernement de salut public, ça ne marche jamais, pour la simple raison citée plus haut. A un moment ou un autre, l'un des partis prend le pas sur l'autre et cela débouche souvent sur la mise en place d'une dictature.
La dictature, les Grecs connaissent et ont déjà donné.
Après celle des colonels, ils doivent subir celle des marchés et des banques qui veulent sauver leurs les meubles.
Un mot sur les banques. Elles s'inquiètent à propos du remboursement de leurs prêts. Pourtant, très tôt après son adhésion à l'Euro (2001), les preuves de la falsification éhontée des ses comptes pour entrer dans la monnaie unique sont apportées. Les banques, parfaitement au courant de la situation, avaient alors toute latitude pour cesser tout prêt à la Grèce. Pourquoi ont-elles continuer à déverser des milliards dans ce tonneau des Danaïdes ? Et au profit de qui ?
En 2004, les ministres européens des Finances demandent (gentiment) à la Grèce de corriger "rapidement" ses déficits excessifs et "exigent que soient désignés des responsables dans l'établissement de fausses statistiques, qui ont conduit à une entrée de ce pays dans la zone euro sur une base erronée". (sources).
Rassurez-vous, ces méchants responsables n'ont jamais été inquiétés, ils se portent à merveille et continuent à sévir en toute impunité. Mieux, certains ont même reçus une promotion. Ainsi Mario Draghi vient de prendre la succession du rigide JC Trichet à la tête de la BCE (Banque Centrale Européenne). Ce triste sire faisait partie de cette bande de voyous : il a participé personnellement à la falsification des comptes Grecs. Seuls quelques empêcheurs de spéculer en rond s'en inquiètent dans l'indifférence quasi général des médias. Pour bien cerner le personnage lisez la lettre d'un député communiste au 1er sinistre. 
Vous avez dit connivence ?
Un banquier, adoubé par Sarkozy et Merkel pour nous protéger des banques, c'est mettre un loup dans une bergerie pour protéger les moutons.
Son Immensité nous serine sur tous les tons qu'il faut sauver les banques françaises. Qu'en est il exactement ? Prenons, au hasard, la BNP. En 2010, voici les revenus de son directeur général :

Soit un petit 219000€/mois. Sympa non ? Comparez avec la misérable aumône que vous jette votre bien-aimé patron. J'attends avec curiosité sérénité la publication de son salaire 2011. Je pourrai ainsi comparer la baisse de ses revenus avec celle de mon PEA...
Bien que son résultat net soit en baisse de 71%, pour cause de provisionnement du risque Grec, la banque réalise malgré tout 541Millions€ de résultat au 3ème trimestre. Pour l'ensemble de l'année 2011 (9 mois) le résultat s'établit à 5.3Milliards € (7Milliards hors provisions sur la Grèce). Et il reste les 3 derniers mois d'exploitation à prendre en compte...
Toutefois, le sieur Prot ne souhaite prendre aucun risque  :
"AFP - Le groupe bancaire BNP Paribas annoncera aux alentours du 15 novembre des réductions d'effectifs qui concerneront des "centaines" de postes, a déclaré jeudi son directeur général, Baudoin Prot, sur BFM Business."
Si là vous n'avez pas encore compris, votre cas est désespéré et je ne plus rien faire pour vous...
Allez, dormez en paix braves gens, tout va rentrer dans l'ordre grâce à NabotLéon.
Enfin, c'est ce que ses séides vont tous tenter de nous faire croire (j’attends avec gourmandise les commentaires de Nadine Morano).
Car la réalité est toute autre.
Fidèle à sa tactique, fort avec les faibles, servile avec les puissants, il s'est montré impitoyable avec l'insignifiant Papandréou qu'il a mis au garde à vous, lui infligeant une terrible épreuve. Notre Satrape avait bien l'intention de jouer le kakou à son sommet du G20 à Cannes qui devait être son heure de gloire.
Damned ! Au lieu de cela, il a été publiquement et doublement humilié. Par le subtil Obama tout d'abord, le félicitant pour la beauté de sa fille hérité de sa mère plutôt que de son père. Allez voir ICI :
Pas mal la vanne ! Mais le pire restait à venir avec l'impénétrable président Chinois.  ICI : (pardon pour l'intro pub)
Là ça fait vraiment, mais vraiment très très mal, devant les caméras du monde entier.
On s'aperçoit (avec une certaine jubilation pour ma part, malgré la honte que je ressent d'être représenté par un tel clown) qu'il n'y a pas que les français qui ne peuvent plus le supporter.
Avez vous remarqué qu'il a un élément que personne n'a évoqué, le tenant sans doute pour quantité négligeable : le peuple Grec. Comment va t-il réagir à la terrible humiliation que Sa Grandeur leur a infligée à travers leur 1er ministre ? Attention à la réaction des peuples désespérés.
A suivre...

Dernière minute : en fin d'année, Sarkozy souhaitait passer quelques jours en Grèce. Il semblerait qu'il a fait annuler sa réservation.

mardi 1 novembre 2011

Va te faire voir chez les Grecs...

Il est la honte de l'Europe, désigné à la vindicte générale.
Il a trahi sa caste.
Il a osé défier le pouvoir économique, la "troïka" où sont représentés les trois principaux créanciers du pays, la BCE, le FMI et l'Union européenne.
D'une phrase, il a anéanti les efforts du Sauveur du monde qui s'était tellement investi pour trouver un accord.
"Il", c'est le 1er ministre Grec Georges Papandréou qui vient de soumettre l'acceptation du plan de sauvetage de son pays à un référendum. C'est à dire qu'il va demander leur avis aux citoyens grecs...
Non mais sans blague, il a perdu la tête où quoi ?
Depuis quand un élu demande-t-il l'avis de la populace ?
Les réactions ne se sont pas fait attendre : les défenseurs du système n'ont pas de mots assez dur pour stigmatiser la décision du Georges, Le petit Nicolas va consulter d'urgence Maman Merkel. Quand aux  pourfendeurs du libéralisme, ils saluent un magnifique geste démocratique digne du pays qui a inventé "le gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple*"
En réalité, Papandréou est piégé. Il est l'homme le plus haï de Grèce. S'il accepte le plan de sauvegarde tel qu'il a été validé par ses débiteurs, il restera dans les livres d'histoire comme celui qui aura plongé son pays dans la nuit noire de l'austérité la plus rude, et ce pour probablement plusieurs décennies. Qui voudrait endosser un tel costume ?
En fait, son acte démocratique consiste à refiler la patate chaude à ses concitoyens et à leur laisser l'entière responsabilité du refus de ce plan de sauvetage.
Car refus il y aura, sans aucun doute.
Si on vous demandait si oui ou non vous accepteriez de baisser votre salaire ou votre retraite, de renoncer à vos droits sociaux, de supporter des augmentations des taxes et les impôts, bref si on vous proposait de vous soumettre à un régime drastique d'autant plus insupportable que dans le même temps d'autres continueraient à se vautrer dans l'opulence en toute impunité, il est certain que votre réponse serait négative.
La pression politique va être très forte pour "suggérer" à Papandréou de changer d'avis et de renoncer à son projet. Aura t-il la carrure pour y résister ? Maintenant que l'annonce a été faite, il aura beaucoup de mal à faire machine arrière, la réaction de ses concitoyens risquerait d'être dramatiquement violente en cas de reculade et plongerait le pays dans un chaos où l'Europe toute entière risquerait de s'engloutir.
Donc le référendum aura bien lieu.
Et la réponse sera le rejet du plan de sauvegarde.
Que se passera-t-il alors ?
D'abord, rien ne dit que la volonté du peuple sera respectée. Les fera t-on alors revoter (comme les Irlandais) ? Ou fera t-on comme en 2005 quand les Français s'étant exprimé contre la ratification de la constitution européenne, leurs élus s'étaient honteusement assis sur la volonté populaire et avaient  ratifié ce traité entre eux ? Vu l'état de l'Europe, on peut aujourd'hui les en remercier...
Toutefois, le plus probable est que la Grèce quittera la zone euro. Elle recréera une monnaie nationale et délivrée du carcan de la monnaie unique, elle réorganisera son économie,bref, elle ne fera plus partie de l'Europe.
Les experts nous annoncent dans cette optique des scénarios tous plus cataclysmiques les uns que les autres. Soyons confiants. Ils se sont toujours trompés.
Nous serons alors dans la situation que les gens raisonnables (et pas seulement Marine Le Pen et Mélanchon) appelaient de leurs voeux dès le début de la crise. Que de temps perdu, que de gesticulations, que d'argent englouti et surtout que de mensonges et d'aveuglement pour finalement en arriver à la solution que tout le monde savait inéluctable, mis à part bien évidemment nos dirigeants inféodés vendus  au monde du libéralisme le plus effréné.
Et pourtant si ce référendum était une chance ?
Si, le problème grec résolu nous en profitions pour rebâtir une Europe nouvelle en refondant et unifiant les politiques sociales, économiques, éducatives, militaires, juridiques, etc...bref en préparant une Europe fédérale à laquelle les Etats ne pourraient adhérer qu'en acceptant et respectant les règles communes.
Les Etats-Unis d'Europe...
Pour cela il faudra que chacun abandonne une grande partie de sa souveraineté nationale au profit d'un pouvoir Européen central. La France alors ne serait plus un état souverain comme nous la connaissons  aujourd'hui, mais deviendrait une grande région au sein de l'Europe, comme la Californie aux USA.
Cette idée peut paraître utopique. Pourtant elle me parait la seule réponse possible aux crises que nous avons vécues, à celle que nous vivons et à celles que nous vivrons.
Inexorablement.
L'Europe des Nations actuelle n'a aucun avenir sauf à rester un nain à l'échelle mondiale et à entraîner ses populations vers une récession inéluctable qui les transformera en pays sous-développés. Le tiers-monde de demain, c'est nous.
Nous, où plutôt nos enfants.
Est-ce l'avenir que nous leur souhaitons ? certainement pas ! Mais les politiciens , ivres de pouvoir, gavés de privilèges, repus de prébendes, voraces jusqu'à l'indigestion auront-ils la lucidité, la volonté de prendre cette voie ? Rien n'est moins sûr hélas !
Plus que jamais, il ne faudra pas se tromper de bulletin de vote aux prochaines élections.

*Abraham Lincoln

Sondage et propagande...

Ce matin, en faisant ma revue de presse habituelle sur internet, je tombe sur le titre du Figaro (si si, je lis le Figaro ! Enfin les grands titres...) annonçant que 58% des français trouvent que le Président a changé. En bien...Curieux, je vais lire le sondage ICI : sondage Opinion way. et je décide de l'analyser dans le détail. J'y découvre des incohérences et la preuve que ces sondages, surtout ceux concernant le Grand Mamamouchi, sont manipulés ou du moins présentés d'une façon extrêmement tendancieuse. Je décide d'écrire un billet dans la soirée. Damned ! Le net croule déjà sous les posts sur le même sujet. j'ai un métro de retard.
Tant pis, j'écris quand même mon billet, comme prévu.
Donc jeudi dernier, le Monarque s'invite à la TV.
A 20H15 sur deux chaines.
Bien entendu, les courtisans n'ont pas manqué de vanter l'excellente audience réalisée avec 12 millions de téléspectateurs. Ils omettent de préciser qu'il s'agit de l'audience cumulée des 2 chaines : 6.9 millions pour TF1, 5 millions sur France 2.
Commençons par relativiser ce succès d'audience : sur M6, 4.2 millions de téléspectateurs regardaient "dans la peau d'une grande" et l'ensemble des chaines gratuites cumulaient 1.37 millions de spectateurs (vous avez le détail ICI :  audience TV du jeudi 27-10-2011) Ajoutez tous ceux qui étaient sur Canal+ (moi) ou Canalsat, et ceux qui aurait regardé France 2 si celle-ci avait diffusé son programme habituel, on peut affirmer, sans crainte d'être contredit, qu'une majorité de français s'est désintéressé du show Sarkozyste. On comprend pourquoi Sa Grandeur a exigé de passer sur les 2 plus grandes chaines.
Revenons au sondage.
L'étude a été réalisé auprès d'un échantillon de 1002  personnes, représentatif de la  population
française âgée de 18 ans et plus.
Première remarque : combien parmi ces 1002 sondés ont réellement regardé l'émission ? La réponse se trouve page 6 du sondage, l'institut précise : "Base : Ont suivi l’intervention du Président – Total convaincant". Total convaincant, c'est combien ? On ne sait pas...
Seconde remarque : à la question : "Vous avez suivi l’intervention de Nicolas Sarkozy. Au cours de cette intervention, avez-vous trouvé Nicolas Sarkozy convaincant "? Réponse : 55% des français sont convaincus, chiffre qui fait le gros titre du Figaro. Le problème, c'est que seul 58% de l’échantillonnage a suivi l'émission. Petit calcul : 58% de 1002 sondés = 581 et 55% de 581=320. Donc 320 personnes ont trouvé le Satrape convainquant, soit 0.0027% de ceux qui ont regardé l'émission. Et encore, je ne prends pas en compte cet avertissement : "OpinionWay rappelle par ailleurs que les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d'incertitude : 2 à 3 points au plus pour un échantillon de 1000 répondants". Fermer le ban !
Troisième remarque : page 6, nous voyons de très belles courbes relatives à l'adhésion globale aux propos de Président. Que vient faire ici Ségolène Royal ? Certes, c'était la candidate de l'opposition en 2007, mais le sondage a eu lieu en 2011 et l'adversaire de Sarkozy était connu. En outre, on est surpris d'apprendre que 21% des électeurs de Ségolène Royal adhèrent aux propos de Président, en hausse de 19%...Tiens, je remarque également que la couleurs des courbes "Ensemble" et "Électeurs Sarkozy" sont sensiblement de la même couleurs et peuvent facilement être confondues au premier coup d'oeil. Hasard ? je ne crois pas.
Vous avez compris que ce sondage est une véritable escroquerie et une opération de manipulation des esprits.
Le Figaro est l'organe officiel de la propagande Sarkozyste, ne reculant devant aucun artifice pour mettre en valeur son champion.
C'est son droit.
Il suffit simplement de le savoir.
Portez-vous bien et surtout, votez-bien !

Note à destination de ceux qui penseraient que je suis de mauvaise foi et que mes analyses sont honteusement orientés : ils ont raison, j'ai pris des cours au Figaro !