Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

mardi 31 mai 2011

STOP ! Ca suffit maintenant...

A la fin de mon dernier billet, j'écrivais :

"J'ai l'impression que les langues vont se délier. Des histoires bien glauques vont remonter à la surface. Et pas seulement sur le compte de DSK.
En ce moment, il doit y en avoir quelques-uns qui, tremblent dans leurs braies...."
Je ne croyais pas si bien dire, je n'ai pas eu à attendre longtemps. En allant roder sur mes sites d'infos favoris, je tombe sur l'affaire Ferry, hier soir au Grand Journal de Canal+.
Si vous n'en avez pas entendu parler, c'est ci-dessous :



Si j'ai bien compris, Luc Ferry, ancien ministre médiatico-philosophe (pas une semaine sans qu'on le voit à la TV ou qu'on l'entende sur une radio), nous annonce qu'une personnalité politique française, ancien ministre, a été pris en flagrant délit de pédophilie au Maroc.
Ici, nous ne sommes plus dans la partie de jambes en l'air entre adultes consentants, selon l'expression consacrée, mais devant un crime ; le premier ministre de l'époque, avec la complicité du Maroc et de son chef de cabinet aurait étouffé l'affaire.
Alors là, les bras m'en tombent. Je rêve, ou plutôt je cauchemarde.
Je ne sais pas si les médias ont bien saisi la dimension de ce qui a été dit devant des millions de téléspectateurs et le cataclysme que ces révélations peuvent entraîner ?
Vont ils encore nous resservir la même soupe infâme qu'ils nous forcent à ingurgiter depuis que le scandale DSK à éclater, je devrai dire exploser ? Vont-ils continuer à nous expliquer qu'ils n'ont pas à entrer dans les chambres à coucher en nous bassinant avec la sempiternelle rengaine de la protection de la vie privée ? A quelle caste supérieure croient-ils appartenir pour décider que certaines informations ne doivent pas nous parvenir ? Ou encore pire, doit-on imaginer que leur connivence serait due au fait qu'ils ne répugnent pas, de temps en temps, à tenir la chandelle et participer aux orgies ?
STOP ! Ca suffit maintenant.
De quel droit un ministre, fut-il le premier, étoufferait-il un scandale de cette ampleur ? En quels lieux des hommes politiques pourraient-ils se croire intouchables si ce n'est dans une de ces républiques bananières qu'ils sont les premiers à fustiger ? Si nous avons une justice digne de ce nom, elle doit se saisir de cette affaire, ouvrir une enquête et permettre un grand déballage public. Et tant pis pour les dégâts, tant pis pour les éclaboussures, je veux du sang sur les murs, le temps est venu de nettoyer les écuries d'Augias.
Alors peut-être n'entendrons nous plus un ex-ministres nous expliquer l'air inspiré, comme si il s'adressait à des débiles, les yeux levés vers le ciel, que "il n'y a pas mort d'homme".
J'ai un mauvais pressentiment. Malgré tous les géologues qui affirment que c'est impossible, un tsunami va déferler sur le France. Un tsunami de merde.
Préparez les seaux et les serpillières et en attendant la vague, 
Portez-vous bien.

Séduction ?

Si vous me demander de vous citer des hommes séduisants, je vous réponds spontanément  James Steward, Richard Burton, Steve MacQueen, Clint Eastwood, Alain Delon, Chirac, Zapatero, Obama, Emmanuel Valls, voire Galouzeau de Villepin, j'en passe et des meilleurs (Oups ! j'oublie Georges Clooney), liste évidemment non exhaustive. Mais certainement pas DSK.
SEDUCTEUR par Stephan BEAUVAIS
Or, à croire ses amis les plus intimes, DSK est était un grand séducteur qui faisait se pâmer les femmes.
Regardez le : pas très grand (1M70), le cheveux gris et devenant rare, la démarche pesante, le dos voûté et tête rentrée dans les épaules, non, franchement son allure générale ne ressemble en rien à celle d'un fringant étalon. Son visage est d'une totale banalité, la paupière lourde tombe sur un oeil  torve souligné d'une légère poche dont la lueur indéniable d'intelligence cache mal la flamme libidineuse qui brille au fond de la rétine. Rien de bien exaltant me semble-t-il et en tout cas insuffisant pour faire tomber les femmes sur le dos, du moins de mon point de vue.
Evidemment, n'étant pas une femme, ma vision des choses peut-être faussée...
Alors, pourquoi tant de succès ? Les terrains de chasse habituels de DSK étaient très éloignés des bas quartiers, des boniche's land où vivent les femmes de chambre. Qui étaient donc ces femmes qui lui cédèrent si facilement et dans quel milieu évoluaient-elles ? Q'obtennaient-elles du Casanova du FMI en échange des faveurs accordées ? une promotion, du pouvoir ? de l'argent....? Comment les qualifier ? Chez les gueux, on les appelle des putes. Dans ce milieu, je ne sais pas...
Et les autres alors ? Il parait que lorsqu'elles lui résistaient, ce qui devait arriver quand même quelques fois, le monsieur devenait très très insistant. Menaçant ? Quels arguments utilisait-il ?
J'ai l'impression que les langues vont se délier. Des histoires bien glauques vont remonter à la surface. Et pas seulement sur le compte de DSK.
En ce moment, il doit y en avoir quelques-uns qui, tremblent dans leurs braies....
Mais vous qui n'avez rien à voir avec ces turpitudes,
Portez-vous bien.