Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placé en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....

vendredi 5 août 2011

100 billets

Je ne pensais pas en arriver là lorsque j'ai ouvert ce blog le 23 juillet 2010.
Pourtant, je me suis rapidement pris au jeu.
M'installer devant mon clavier et écrire est devenu une réelle addiction et un plaisir sans cesse renouvelé.
Résultat : mon dernier billet, consacré à DSK, est ma 100ème publication
Un an d'existence, 2760 visites et un nouveau blog qui commence à vivre dès aujourd'hui : cap2foot (plutôt destiné, comme son nom l'indique, aux fans du ballon rond).
Tout cela Grace à vous, mes lecteurs.
Merci de continuer à vous intéresser à mes divagations.
Portez vous bien.

Affaire DSK-Episode 7 : une histoire sans fin


Que devient DSK ? Plus de nouvelles. Le texte et les dessins ci-dessous viennent du net.
Affaire Banon, témoignage de la femme de chambre, anciennes maîtresses qui
sortent du bois : alors qu'on la croyait déjà enterrée, l'affaire DSK connaît sans
cesse de nouveaux rebondissements. Quel qu'en soit le dénouement, estime
SuperNo, on aura jamais vu autant d'acharnement sur un seul homme.
ote aux allergiques : l’ingrédient principal de ce billet est le DSK. Un
bon sujet de vacances. Mais attention : le DSK est un sujet irritant,
notamment en cas d’ingestions répétées. Selon les individus, les
symptômes vont de l’irritation aux éruptions cutanées en passant par le serrage
de poings, le mal aux côtes, pouvant même aller jusqu’au grattage compulsif des
testicules. Je vous aurais prévenus.]
Alors que d’un point de vue strictement factuel (ce que les pédants, suivis par une
horde hurlante de journalistes en mal d’inspiration tout heureux d’avoir appris
une nouvelle phrase qui vous pose là quand vous la prononcez, appellent « le
décalage entre le temps judiciaire et le temps médiatique ») il ne se passe pas
grand chose, l’orchestration médiatique, chargée de meubler le vide à grand
coups de mirliton et de fanfreluches, fait le job au delà des espérances, même en ce milieu d’été où seuls la météo, le sport et les faits divers tentent de sortir le spectateur somnolent de sa torpeur.
Du point de vue de la procédure pénale, tout le monde continue d’attendrel’enterrement de l’affaire, promis par le DSKakorps depuis un mois… Sauf que ça dure et qu’on a jamais vu autant de monde s’activer sur une affaire en instance de mise en bière…
En France, dans l’affaire Banon, le Canard de cette semaine nous apprend, comme je l’avais pensé dès le début, que l’enterrement est là aussi déjà programmé. Après avoir amusé la galerie avec l’audition d’une armada de pipoles, après une audition « pour la forme » de DSK quele procureur ne pourra que constater que l’affaire est de toute façon couverte par la prescription, aucune preuve nécessaire pour étayer une accusation de tentative de viol ne subsistant après huit ans. Et ce même si, comme le Canard le souligne, les enquêteurs pensent que l’accusation tient la route.
Mais revenons-en au folklore. J’ai souvent écrit ici qu’aucune croissance infinie n’était possible dans un monde fini. Or, révélation après révélation, j’en viens à devoir nuancer mes propos. 
Il semble en effet qu’il existe une exception : la croissance des cornes d’Anne Sinclair, que rien ne semble devoir arrêter…La boîte de DSK étant ouverte, les anciennes maitresses sortent du bois, à un rythme que rien ne semble capable d’arrêter. C’est simple, on croirait que DSK a
couché avec toutes les femmes du monde. J’ai même demandé à SuperNonotte qui m’a assuré que non, mais un doute subsiste quelque part.
Après avoir invité sans succès deux employées de l’hôtel à venir admirer les estampes de la suite 2806, DSK était parvenu à ses fins avec une mystérieuse inconnue consentante. Selon Le Point (si quelqu’un a la référence exacte, je suis preneur !) il semble même qu’il ait avoué à sa femme qu’il s’en serait encore tapé
une autre (restée anonyme), en plus de la femme de chambre, et que ce week-end à New-YorK était en quelque sorte pour lui une sorte de "dernier verre avant la présidentielle ". Sacrée gueule de bois au réveil !
Depuis lors, on apprend qu’avant d’avoir (présumément) tenté d’abuser de Tristane Banon, il se serait aussi tapé sa mère. On attend avec impatience des nouvelles de la grand-mère. Et voilà que ce week-end, sortie de je ne sais où, surgit une maîtresse de 1999, qui dit si j’ai bien tout compris que DSK n’était pas violent, simplement exigeant et un peu obsédé sur les bords (le scoop !). Un mec qui n’est pas violent quand on fait ce qu’il veut, en quelque sorte…
Quelle cruche, cette femme de chambre, si elle s’était laissé faire, il n’aurait pas
eu besoin de la violer (présumément, on s’entend bien…).
Un bonobo.
La seule grande nouveauté de cette dernière semaine donc été le débarquementsous les projecteurs de la femme de chambre,bien cachée jusque là. Certains ont
parlé de « suicide judiciaire », tant il sera encore plus facile aux baveux de DSK de pointer ses incohérences. J’avoue que je n’ai pas été frappé par sa sincérité,
notant comme chacun que ses sanglots semblaient un peu forcés. Et que l’adjectif "belle " qui lui a été accolé me semble discutable. (Lagardère "y’a pas de limite mon chéri ", ami de DSK, et même s’il est à juste titre la risée du web, a plus de goût et sait se servir de ses millions comme un pot de miel efficace…)
Autre point soulevé, comment un petit bonhomme comme DSK aurait-t-il pu violer une femme d’une telle carrure, qui pouvait l’envoyer voler d’un revers du
gauche à l’autre bout de la suite pourtant de belle surface ? 
C’est là tout le métier d’un politicien madré, qui inspire un mélange de respect et de trouille. Un
rapport de dominant à dominé. Elle l’a dit à la police, elle l’a répété par la suite :
ce dont elle avait peur, ce n’était pas du viol, c’était avant tout de perdre son
boulot. Voilà une femme arrivée miraculeusement (et en mentant sur sa (et en mentant sur sa situation d’un pays africain, et qui prend ce travail comme un don du ciel. Par
ailleurs, ses supérieurs ont dû la briefer des centaines de fois sur « le client est roi
», blablabla, et insister particulièrement sur le fait que les locataires de l’étage
étaient pleins aux as, donc forcément importants et respectables, et qu’il ne fallait pas les mécontenter. D’où le dilemme cornélien qui a conduit au drame
(présumé).Je persiste à croire que la version de la scène racontée par la femme de chambre est la bonne et qu’il ne s’agit en aucun cas d’une traquenard prémédité à but carrément lucratif. Il semble même que la thèse de l’erreur de traduction qui lui fait dire ce qu’elle n’a pas dit soit sérieusement envisagée. Quant aux rumeur selon lesquelles elle serait une prostituée occasionnelle, elles n’ont eu aucune confirmation et sont probablement de la pure calomnie balancée par la défense de DSK pour la discréditer. Mission presque accomplie.
Simplement, il semble évident que même si elle n’était pas particulièrement cupide avant le viol (présumé…), elle le soit rapidement devenue, bien coachée par un avocat alléché par la perspective de toucher une grosse comm' sur des dommages et intérêts qui pourraient se monter à plusieurs millions de dollars lors du jugement au civil qui suivrait le fiasco du pénal.
DSK voulait passer à la postérité en devenant président de la République Française. Raté, mais quel que soit le sort que la justice lui réserve, il passera sans doute à la postérité comme le type qui a payé le plus cher pour une pipe !

Vendredi 5 Août 2011
SuperNo - Blogueur associé
Source : http://www.marianne2.fr