Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

lundi 3 octobre 2011

Détournements...d'attention.

L'actualité de cette semaine devait-être le 1er tour des primaires socialistes.
Je ne vais pas jusqu'à soupçonner la droite de tout faire pour minimiser cet évènement, mais, tout de même, deux évènements viennent détourner opportunément l'attention des Français.
L'affaire des flics ripoux Lyonnais a attiré tous les regards. De quoi s'agit-il exactement ?
Des policiers, et non des moindres, sont soupçonnés d'avoir franchi la ligne jaune et sont accusés de corruption. Il leur est reproché, en autres,  d'avoir profité des "largesses" d'individus liés au grand banditisme et de s'être servi de cannabis pour rémunérer leurs informateurs. Reste à savoir s'ils ont été au-delà et s'ils se sont transformés en trafiquants, avec enrichissements personnels.
Bien entendu, nous ne connEcrans de fumée...aissons de cette affaire que ce qu'on veut nous en dire. Restons prudents d'autant que les accusateurs des policiers sont des personnages à la moralité très souple.
En revanche, les réactions de Claude Guéant me posent problème : il a déclaré que les soupçons de corruption pesant sur le numéro deux de la PJ lyonnaise et sur d'autres policiers constituaient "un terrible séisme dans la police nationale". Si ces faits étaient avérés, "ce serait extrêmement grave", et dans ce cas, "des sanctions seront immédiatement prises". "Avec les informateurs, il ne faut rien faire d'illégal, il ne faut pas franchir la ligne jaune."
Ainsi, voici un homme qui pense veut nous faire avaler que les succès des enquêtes sont uniquement dues aux relations conviviales entre policiers et truands et qu'il suffit de demander poliment à ces derniers de donner les tuyaux qui permettront l'arrestation de leurs complices. Soit monsieur Guéant est ministre de l'intérieur de la République des Bisounours, soit il nous prend vraiment pour des cons. Personnellement, j'aurai tendance à croire la seconde hypothèse.
Un autre qui nous prend vraiment pour des cons, c'est l'ineffable Borloo. Il a annoncé officiellement qu'il ne se présenterait pas à la Présidentielle. Côté UMP, on a du mal à cacher sa jubilation. On entend moults commentaires sur sa "responsabilité", son "intelligence" et certains l'exhortent d'ores et déjà à "retrouver sa place" dans la majorité.
Retrouver sa place ? En réalité, il ne l'a jamais perdue. Comment croire au discours d'un homme qui, après 10 années passées à participer et à approuver toutes les décisions des gouvernements Chirac, puis Sarkozy, veut nous faire avaler qu'il aspire à changer la donne politique ? En vérité, Borloo s'est rendu compte qu'il n'avait aucun moyen de mener campagne, notamment financier (il ne ferait pas partie des destinataires des valises...) et il a probablement  négocié son retrait et son futur ralliement en échange d'un bon fromage.
A moins qu'à entendre un courageux député UMP anonyme, la vérité soit plus simple : "une campagne demande une ascèse de moine, Jean-Louis Borloo n'ira pas pour la simple et bonne raison qu'il n'est pas prêt à faire ces concessions, se lever à 7h tous les jours, manger sainement, etc".....
Je vous laisse juge.
Profitez de l'été indien et portez-vous bien.