Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

vendredi 7 octobre 2011

Aïe ! Levaï.....

Vous connaissez surement, au moins de nom, Ivan Levaï.
C'est un journaliste talentueux au riche parcours, tant dans la presse écrite (la Tribune, l'Express) qu'à la radio (France Inter, Europe 1) et la télévision (France 2 et 3, lancement de la chaîne parlementaire).
Bref, une belle et honorable carrière.
Il est également l'ancien mari d'Anne Sinclair, pardon de madame Strauss-Kahn.
Et c'est à ce titre qu'il vient de faire une entrée remarquée dans le club des salopards sexistes.
Dans un livre qui vient de paraître (Chronique d'une exécution) il témoigne, selon son éditeur, "des dérives d’un système médiatico-judiciaire où le lynchage d’un homme de pouvoir précède le procès. Ni avocat ni procureur mais lié à la famille de Dominique Strauss-Kahn, il s’efforce de dépasser le temps de l’émotion pour mieux souligner un nouvel échec de la justice des hommes".
Christophe Barbier, de l'Express, surenchérit, encense le bouquin et son auteur : "C'est un livre subtil et scrupuleux, une réflexion de haut niveau sur le métier de journaliste et un récit subjectif mais sans oeillères de l'"affaire DSK"......Ivan Levaï, ex-mari d'Anne Sinclair et ami du couple Strauss-Kahn....la grande voix des revues de presse nous dit aussi comment on peut être honnête dans son métier et fidèle dans ses affections..... ".
Ivan Levaï défend bec et ongles le bon DSK. 
C'est son droit. 
On devrait même l'admirer pour ça car un cocu (lui) prenant la défense de son cocufieur (DSK), chapeau ! Le problème est qu'emporté par son désir de convaincre de l'innocence du Bouc de la Place des Vosges, il a dérapé.
Gravement.
Son interview sur France-Inter a soulevé un tollé, et pas seulement chez les associations féministes.
Ainsi, Lisez ICI : Ivan Levaï dérape... la saine réaction d'un blogueur indigné.
On comprend mieux la mentalité de ce triste individu en lisant cet extrait de son bouquin : "j'en veux aux chaînes de télévision de notre pays d'avoir diffusé les images d'un DSK menotté, traité tel un chien. C'était à vomir. Lorsque l'on vous a vu ainsi entravé, vous êtes mort. Chaque fois que je le vois, je pense à Bérégovoy".
Comparer DSK à Pierre Bérégovoy, faut oser ! Il ose...
Bah ! finalement pour ces gens là, un moment de honte est vite passé...