Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

dimanche 6 novembre 2011

L'interview...

Il y a 2 ans, Guy Capdeboscq partait en retrait. A cette occasion, voici l'interview exclusive qu'il a accordé à Cap2blog.

Cap2blog : depuis quand êtes-vous exactement en retraite ?
Guy Capdeboscq : j'ai fait valoir mes droits très exactement le 31 octobre 2009, soit à 60 ans et 27 jours, c'est à dire 21942 jours après ma naissance, soit 14544 jours après la prise de mon premier poste (c'était le 05/01/1970), ce qui fait 39.77 ans (477.27 mois)...Ce qui m'a finalement laisser au moment où nous parlons) 7398 jours (20.2 ans) pour glander....
Cap2blog : vous aviez préparé ce départ ?
GC : oui et non. Oui, parce que bien entendu j'avais depuis longtemps prévenu mon employeur de mon intention de faire valoir mes droits à la retraite, et non, car ce départ ne m'obsédait pas vraiment, je voyais approcher la date avec sérénité. Et peut-être aussi parce que je m'attendais plus ou moins à ce que mon patron me demande de différer ce départ jusqu'aux les fêtes de fin d'années, grosse période d'activité pour l'entreprise.
Cap2blog : et ça n'a pas été le cas ?
GC : non, on ne m'a rien demandé. Il faut dire que mon remplaçant était en place depuis déjà un bon moment. Sans doute souhaitait-il me voir partir pour s'approprier totalement le poste et donner libre cours à ses vastes compétences.
Cap2blog : des regrets ?
GC : aucun. Je note simplement qu'après trois mois en solo, cette personne a jeté l'éponge. Mais je ne porte pas de jugement, je suis passé à autre chose.
Cap2blog : d'accord. Alors, comment ce sont passés les premiers moments de cette retraite ?
GC : dans un premier temps, on ressent la même impression que lorsqu'on est en vacances, sans réaliser que cette fois, il n'y aura pas le fameux stress du "retour de congé". Puis, lorsqu'on a intégré cet état de fait, on accuse un peu le coup, c'est vrai, même si on s'y était préparé.
Cap2blog : pour quelles raisons ?
GC : parce que le changement est radical. Tu vis sur un rythme soutenu dans un stress quasi permanent, le téléphone, le portable sonnent en permanence, les collègues t'interpellent, les clients t'engueulent, les portes claquent, etc...Et puis d'un coup, le calme absolu. Plus un bruit. C'est très déstabilisant.
Cap2blog : et cet état dure longtemps ?
GC : je pense que cela doit dépendre de la personnalité de chacun. Pour moi, je me suis adapté assez rapidement à ma nouvelle situation, d'autant que les fêtes de fin d'années sont arrivées très vite et j'ai pu en profité pleinement pour la première fois depuis des décennies, ayant toujours travaillé dans des entreprises pour lesquelles cette période était lié avec une grosse activité.
Cap2blog : et une fois le fêtes passées ?
GC : c'est à ce moment seulement que j'ai réalisé l'immense privilège dont je bénéficiait.
Cap2blog : de quel privilège s'agit-il ?
GC : du plus grand des privilège : la liberté. La liberté totale. Ne plus dépendre de quiconque, être le propre maître de son temps. Faire ce que l'on veut, quand on veut. Ou presque. Pour la première fois, j'ai pu appliquer sans culpabiliser mon adage favori : "remets toujours à demain ce que tu n'as pas envie de faire aujourd'hui !" Et ça croyez moi, ça n'a pas de prix.
Cap2blog : c'est vraiment la liberté totale ?
GC : honnêtement, pas tout à fait. Il y a tout de même des contraintes domestiques quotidiennes. Et lorsque vous vous retrouvez à la maison alors que votre épouse continue sa carrière, en réalité vous changer de patron.
Cap2blog : ??????
GC : à vous les joies des tâches ménagères....Quand la patronne arrive le midi pour déjeuner, elle se met direct les pieds sous la table. Idem le soir. En réalité, on est en liberté ...surveillée.
Cap2blog : avez-vous réalisé tous les projets que vous aviez en tête ?
GC : Hélas non ! Par exemple cette année, j'ai repris un permis de pêche pour la 1ère fois depuis 8 ans. Et je n'y suis allé que 3 fois...car nous avons mis en route un autre projet.
Cap2blog : on peut savoir ?
GC : bien sûr. Depuis quelque temps, en fait quelques mois après ma retraite, je me suis rendu compte que la maison dans laquelle nous vivions, certes agréable, ne répondait plus tout à fait à nos besoins.
Les pièces d'habitations en premier lieu, situées à l'étage. Cela n'était pas gênant lorsque je travaillais, mais maintenant étant souvent à la maison, c'est un réel problème. Par exemple lorsque tu cuisines et que tu t'aperçois que ta bouteille d'huile est vide, il faut descendre en chercher une autre, le stock alimentaire se trouvant au rez de chaussée. 22 marches dans un sens, 22 dans l'autre. Et parfois, arrivé en bas, tu ne te rappelles plus ce que tu es descendu faire (c'est l'âge :+[ ). Ou bien l'été, pour profiter de la terrasse, il faut descendre et remonter tout le matériel, la nourriture, les boissons...En outre, les enfants petites-enfants grandissent vite et désormais ils ont besoin de plus d'espace pour s'exprimer et vivre lorsque nous avons la joie de les recevoir.
Mais pour être honnête, la principale raison est une certaine forme de lassitude. Nous avons été habitué à fréquemment changer de lieu de résidence. Pour ma part, ce sera le 14ème (série en cours), soit une moyenne de 1 tous les 3 ans...Je vous en parlerai en détail une prochaine fois.
Ce changement de cadre de vie va nous rebooster, une fois les tracas du déménagement résolus et évidemment il y en a quelques -uns. Et ce n'est pas simple. Armons nous de patience et surtout de courage, fin décembre nous serons dans nos nouvelles pénates.
Cap2blog : une nouvelle vie en quelque sorte...
GC : c'est quasiment ça, oui. Des envies qui sont latentes et qui vont revenir avec force sans aucun doute. C'est très motivant car le pire des dangers est de s'endormir petit à petit s'en même s'en rendre vraiment compte, la routine s'installe insidieusement et c'est terrible. Là, on va prendre un bon coup de pied au c.. et on va repartir à donf.
Cap2blog : et ensuite ?
GC : la prochaine échéance importante sera lorsque mon épouse prendra sa retraite. Nous avons 5 à 7 ans devant nous [à son grand désespoir :+} ] Le moment venu, nous aurons de grandes décisions à prendre, mais nous avons encore le temps d'y penser.
Cap2blog : pour conclure, que peut-on vous souhaiter ?
GC : rien de spécial. Nous menons une vie tout à fait ordinaire et modeste et nous nous en accommodons malgré les vicissitudes que nous ne manquons pas de connaitre, comme tout un chacun. On pourrai même dire que nous sommes heureux, si tant est que cette notion soit définissable. Que notre petit bonhomme de chemin continue tranquillement, comme actuellement , et que nous ayons le bonheur de profiter pleinement des joies que nous apportent nos enfants et petits-enfants, même si l'éloignement nous empêche d'en profiter plus souvent. Tous les jours nous pensons à eux.
Cap2blog : alors bonne continuation et à une prochaine fois.
Gc : merci à vous mais j'allais oublier un voeu essentiel : que Sarkozy et sa clique dégage en mai prochain...


PS : ce déménagement risque de ralentir quelque peu le rythme de parution de mes billets. Déjà, je n'ai pas eu le temps de commenter la dernière journée de foot. Cela est provisoire et repartira bien vite, notamment à travers Cap2vote, car 2012 sera politique ou ne sera pas...