Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....

samedi 29 décembre 2012

A propos des marchés et de la dette...

Je vous propose de lire cette superbe interview d'Emmanuel Todd. Certes, le texte est assez long, mais si vous avez la volonté de le lire, vous comprendrez un peu mieux les tenants et les aboutissants du rôle des marchés et de notre dette. Passionnant ! 
C'est ici : Une interview lumineuse...
Bonne lecture et portez-vous bien...

samedi 22 décembre 2012

Coucou-couroûh...


Bon, les Mayas se sont gourés dans leurs calculs et notre monde continue son chemin cahin-caha...Mais avouez-le, vous avez quand même un peu flippé ! Je vous propose de vous détendre en lisant ce billet...

jeudi 20 décembre 2012

Dernier billet...


Bonjour à tous.
Et peut-être adieu.
Je vous rappelle que c'est demain la fin du monde.
Mais il y a quand même une bonne nouvelle : je pourrai regarder le match de foot Brest-PSG vendredi soir.
Pourquoi ?
Parce que si le calendrier Maya a bien prévu la fin du monde pour le vendredi 21/12 vers 18H, il s'agit bien sûr de l'heure locale en Amérique du Sud. Ce qui signifie que pour nous Européens, le cataclysme n'arrivera que samedi matin, vers 0H30.
Vous pouvez donc organiser votre soirée en vous préparant tranquillement au pire.
Si vous avez une ou deux bonnes bouteilles à la cave, n'hésitez pas à les ouvrir et les vider sans remords, sortez du frigo foies gras et saumons voire caviar et surtout, consommer sans modération.
J'embrasse tous ceux qui m'ont fait l'honneur de me suivre régulièrement, je demande pardon à ceux que j'ai pu blessés ou choquer et à tous, je dis rendez-vous dans un monde meilleur. 
Ou à demain matin...

vendredi 14 décembre 2012

Une semaine...


Pas de grand discours philosophique aujourd'hui, mais juste un petit mot pour vous rappeler que dans tout juste une semaine, soit 6 jours, 11 heures et 35 minutes, (à l'heure où j'écris) ce sera le grand raout annoncé par les Mayas.

mardi 11 décembre 2012

Je suis déçu...

Je ne pensais pas en arriver là. 
Du moins pas si vite. 
Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que tous les problèmes auraient du être résolus en six mois. Je fais partie de ceux qui pensent qu'un minimum de temps est nécessaire à la mise en place des mesures propices au redressement du pays.
Je suis déçu...

vendredi 23 novembre 2012

Mouhahahaha....

Franchement, vous croyiez que j'allais laisser passer ça ? Vraiment ? Non, c'est au-dessus de mes forces, je suis obligé de revenir sur ces heures exaltantes que nous venons de vivre...
Honnêtement, jusqu'à présent, je n'étais guère intéressé par la campagne des duettistes François"Droopy"Fillon et Jean-François"Croquignol" Copé*...

samedi 17 novembre 2012

21 décembre 2012


Ca approche...
Pour l'instant, la situation est calme, mais ça ne va pas durer. Dans quelques jours le rouleau compresseur médiatique va se mettre en route.
De quoi est-il question ? Mais de la fin du monde évidemment...

vendredi 9 novembre 2012

Blog de comptoir (3)...

Les sujets de conversation, voire de polémique ne manquent pas. Le mariage homo, l'ouragan Sandy, l'appel des 98 patrons, le travail le dimanche, etc...etc...Je vous livre mes réflexions sur ces sujets...

vendredi 2 novembre 2012

Ca y est ! Je craque...


Ca y est ! Je craque !  Depuis le 6 mai et l'élection de François Hollande, je n'ai pas publié un seul billet à connotation politique, j'avais jusqu'à présent réussi à me contenir, à étouffer une colère pourtant grandissante, mais là, je n'en peux plus, le couvercle de la cocotte minute vient de sauter. D'où ce billet en forme de coup de gueule :

jeudi 1 novembre 2012

12000

12000 vues sur le blog. 
Evidemment, ça me fait plaisir. 
Je ressens cependant comme une frustration à cause du manque d'échange avec mes lecteurs.

vendredi 26 octobre 2012

Ecce Homo...

Je vais vous parler d'un sujet qui embrase l'opinion, qui divise les familles les plus unies, qui fait dire les pires conneries à des gens censés être raisonnables et qui pourtant ne mérite pas le brouhaha qu'il provoque : le mariage homosexuel !

vendredi 12 octobre 2012

La démonstration...


Vous avez évidemment lu mon billet sur la procrastination (sinon, c'est ICI).
Figurez-vous que mes théories viennent d'être largement confirmées, et je vous en fais ici la  démonstration :

jeudi 4 octobre 2012

63 ans et des stats...

C'est aujourd'hui mon anniversaire.
63 ans !
J'en profite pour vous livrer quelques statistiques sur ces 63 années.

jeudi 20 septembre 2012

Le procrastinateur...

C'est un article dans Marianne qui m'a révélé la chose. Ainsi, à l'image de ce bon monsieur Jourdain faisant de la prose sans le savoir, moi, je procrastinais. Bigre, késaco ? Je vous rassure, le terme proscrastination, barbare et difficile à prononcer ne cache aucune pratique honteuse. Voyons ce que nous dit le dictionnaire :

La procrastination (du latin pro et crastinus qui signifie « demain ») est une tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions d'un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le procrastinateur, n’arrive pas à se "mettre au travail", surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate.
L'hebdomadaire nous apprend que la procrastination serait devenu un véritable fléau mondial. Selon des chercheurs américains (les mêmes sans doute qui ont inventé le fil à couper le beurre), 95% de la population en est victime un jour où l'autre. Même les Chinois, c'est dire si c'est grave docteur !
Pour moi, cet article a été une révélation, je dirais même plus, un véritable choc.
Je tiens à vous le dire, dans le domaine de la proscrastination, je suis un précurseur, bien que les symptômes soient apparus assez tardivement. C'est à mon entrée dans la scolarité que j'ai commencé à procrastiner (je vais souvent écrire ce mot, ça vous entraînera à le prononcer). ce qui n'a pas été sans effet sur mes résultats scolaires.
Pourtant, le procrastineur n'est pas un fainéant. Non, il remet à plus tard. Ainsi, en rangeant quelques vieilles archives, j'ai retrouvé un carnet scolaire sur lequel figurait les appréciations suivantes :
  -1er trimestre : ne fait pas d'efforts ;
  -2ème trimestre : résultats mauvais, le passage en 3ème année est fortement compromis   
  -3ème trimestre : bon travail, est admis en 3ème année.
Comme quoi, avec un procrastinateur, le pire n'est jamais certain, bien que son comportement soit générateur de sueurs froides, notamment pour ses parents...
Cependant, c'est lors de mon entrée dans la vie professionnelle que j'ai vraiment donné la pleine mesure de mes talents de procrastination.
Très tôt, j'ai adopté une devise que j'ai appliquée avec la plus extrême rigueur tout au long de ma vie :

"Remets toujours au lendemain ce que tu n'as pas envie de faire le jour même" !

Cette technique en opposition totale des adeptes de "ce qui est fait n'est plus a faire" repose sur deux cas de figure :
     -la tâche repoussée peut naturellement disparaître d'elle même ;
     -Un collègue, excédé, peut avoir accompli lui même cette tâche.
Dans ces deux cas, on peut parler de procrastination positive.
Il est possible que malgré tous vos efforts, le moment arrive où malheureusement il faut vous y mettre, sans échappatoire possible. Alors, vous faites, et souvent vite et bien mais parfois en vous attirant la haine de vos collègues tâcherons qui pour un résultat pas forcement meilleur auront sué sang et eau. Vous pouvez alors replonger dans votre procrastinivité béate avec le sentiment du devoir accompli.
La procrastination est-elle un frein à la promotion dans l'entreprise ? Pas forcément  car le procrastinateur professionnel a généralement un autre don, celui d’apparaître toujours surbooké et le nez dans ses dossiers.
Ainsi, si vous arrivez à bien procrastiner, vous vous éviterez les ulcères et autres nuits blanches et vous atteindrez la retraite en pleine forme. Vous pourrez alors procrastiner en toute quiétude et sans aucun remords, pour tant est que vous en ayez eu un jour.
Croyez moi sur parole.
Et portez vous procrastinez bien...

mardi 4 septembre 2012

Relooking...

Après ce long silence estival, je fais ma rentrée, comme tout le monde.
Et comme tout le monde, j'apporte quelques changements à mon univers. 
A commencer par l'image d'en-tête à laquelle j'ai apporté quelques modifications :

lundi 6 août 2012

C'est reparti...

Si vous faites partie de celles et ceux qui, allergiques au sport, ont déprimé cet été avec l'Euro de foot, le tour de France, les jeux olympiques, j'ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise. Commençons par la bonne : à la fin de la semaine, fin des JO. Ouf ! Vous allez retrouver vos émissions habituelles.

lundi 16 juillet 2012

C'est les vacances...

Whaa ! pas un billet depuis le 3 juillet.
Faut dire que la situation ne se prête guère à l'écriture.
D'abord, les Pieds-Nickelés ont débarqué. Je veux parler des petits-enfants Gabriel et Matias qui ne me laissent de répit que lorsqu'ils dorment.
Ensuite, le temps, au sens météorologique.
Lorsque je regarde les infos météo à la TV, j'éprouve un double sentiment de gêne et d'envie...

mercredi 27 juin 2012

Ma fête du cinéma à moi...

Cette année, j'ai décidé de profiter de la fête du cinéma. Je vous rappelle le principe : du 24 au 27 juin, vous achetez un billet plein tarif et tous les autres sont à 2€50. Dommage,  je trouve le choix de films assez restreint, pas de blockbusters. Enfin, selon mes critères. Les films intimismes ou d'auteurs, je les regarde à la TV. Je ne vais voir sur grand écran que les super-productions, celles où ça pulse, où le grand écran se justifie.

samedi 23 juin 2012

Attaqué par des tigres...


J'ai été attaqué par des tigres.
Oui, vous avez bien lu, par des tigres.
Le tigre est un animal extrêmement dangereux, car chafoin.
Il se fond dans le paysage et est pratiquement impossible à détecter. Quand vous le voyez, il est souvent trop tard, vous êtes cuits.

mercredi 20 juin 2012

En attendant l'Espagne...


Hier soir, match de foot France-Suède.
Résumons la situation : la France est en tête du groupe, La Suède est déjà éliminée.
Même une défaite 1-0 qualifierait les Bleus pour la suite, moyennant quoi les joueurs sont entrés sur la pelouse avec une mentalité tongs et huile de monoï...
Analysons la prestation individuelle de chaque joueur :


lundi 18 juin 2012

La vague rose...


Brice Hortefeux a toujours fait preuve d'une grande lucidité. Hier soir, il a constaté que le résultat des élections législatives étaient "une victoire" et non un "triomphe". 314 sièges et la majorité absolue, ça s'appelle comment, c'est quoi un triomphe pour Brice ?
Ces élections ont apporté leur lot de bonnes et mauvaises nouvelles. 

mercredi 13 juin 2012

L'affaire Tweetweiler

Hier, à 11H56 (ou 11H57 selon les sources) une bombe éclate.
Valérie Trierweiler, la compagne du Président balance un post sur Twitter :


Pour ceux qui reviennent d'un week-end sur Mars, résumons les faits :

FN, la vague qui monte...

Cette fois, les digues sont belles et bien rompues, les eaux boueuses du FN sont en train d'envahir l'UMP.
Des belles provinces françaises, on entend monter la chanson : pour gagner, la Gauche s'allie à l'extrême gauche, pourquoi ne pourrions nous pas nous allier à l'extrême droite ? 

mardi 12 juin 2012

Ferme ta gueule...

L'exemple vient de haut. 
On avait eu droit à un "Casse toi pov'con" de bon aloi.
Voici un superbe "ferme ta gueule".
Ces deux belles expressions de la langue française ont la particularité d'avoir été proférées par des personnages qui auraient du être exemplaires.
En ce qui concerne l'auteur de la première injure, soyons magnanimes et paix à ses cendres.
Il en va tout autrement du second. 

samedi 9 juin 2012

Le FN, c'est CA

Je n'avais pas vraiment ni l'intention, ni l'envie de parler politique ce week-end, attendant pour cela les résultats du 1er tour des législatives qui, je vous le rappelle, a lieu demain.
Hélas ! Sur twitter, je tombe sur un tweet de Joseph Macé-Scaron (directeur adjoint de l'hebdomadaire Marianne) qui reproduit la photo d'un tract diffusé par le Front National représentant Jean-Luc Mélanchon et qui nous démontre, si cela était encore nécessaire, le degré d'abjection dont sont capables les militant de cette secte.
Je vous laisse regarder  ICI , pendant ce temps je vais vomir...


Le site de Joseph Mace-Scaron ICI

vendredi 8 juin 2012

L'Euro

On va beaucoup parler de l'Euro dans les semaines qui viennent.
Non, ce n'est pas de la monnaie unique dont je veux vous entretenir. Certes, il y aurait beaucoup à dire, mais comme disait l'autre, une petite pause s'impose.
L'Euro en question est le nom familier donné au championnat d'europe des nations, et bien entendu, il s'agit de football.

samedi 2 juin 2012

Bonne fête maman !

Ca se passe au XXI siècle, et c'est ici, en France.




Géant Casino ? Les mamans lui disent MERCI !!!

jeudi 31 mai 2012

"I have a dream"

La Commission européenne commente le bilan de santé de l'économie des pays membres.
Comme il fallait s'y attendre, la France est montrée du doigt et le programme de F.Hollande, fraîchement élu, inquiète fortement le président de cette commission le sieur José Manuel Barroso.
Ce dernier,est le zèlé valet de l'ultra libéralisme et de la finance spéculative, ce qui ne manque pas de sel lorsqu'on rappelle que lors de la révolution des œillets (1974), il  était président des étudiants maoïstes et se situait à l'extrême gauche radicale de l'échiquier politique Portugais. 
C'est ce qui s'appelle "virer sa cuti"...
Bien que le bilan de santé repose en bonne partie sur l'héritage de Nicolas Sarkozy et sur le projet truqué de budget du gouvernement Fillon, le bon docteur Barroso a rédigé pour notre pays une ordonnance (non remboursée par la sécu...)

dimanche 27 mai 2012

Ignominies (2ème partie)

Vous êtes prêts pour la suite ? 
J'espère que vous avez bien pris vos précautions  parce que je vous préviens, ça risque d'être long, j'en ai gros sur le jabot et faut que ça sorte.
Donc la Droite part à l'assaut du gouvernement et plus particulièrement de la Ministre de la Justice, Christiane Taubira.
Celle-ci a toutes les qualités pour attirer les vautours UMP (variété se nourrissant exclusivement de vomissures et autres déjections se trouvant en abondance dans les caniveaux de la démocratie à la mode Sarkoland).
Elle est originaire de Guyane, des Iles comme on dit, elle a été militante indépendantiste, c'est une femme et petite gâterie, elle est noire.
Un vrai bonheur !
Sa première action en tant que Garde des Sceaux est la suppression des tribunaux pour mineurs, promesse du candidat Hollande. (Voir mon billet précédent).
Ah la salope !

samedi 26 mai 2012

Ignominies (1ère partie)...

C'était prévu et annoncé : il n'y aurait pas d'état de grâce.
Pas question de laisser souffler ce salopard de socialiste qui a osé battre voler la victoire à notre bien aimé Nicolas.
Et effectivement, ça défouraille dur, les hostilités ont débutées avant même l'investiture de F.Hollande.
Et depuis, la situation ne s'est pas améliorée.
N.Sarkozy avait élevé le mensonge en dogme. Lui parti, la ligne politique de la droite reste identique. Lisez ce tweet de mon député :



vendredi 25 mai 2012

What else ? C'est ici...

Vous vous êtes forcément déjà dit : "tiens, je serai curieux(se) de savoir ce qu'il a (ont) fait aujourd’hui"!
A ce moment, vous pensez à quelqu'un de votre connaissance.
Et c'est une vraie question. 
Tandis que vous êtes devant votre télé, regardant le navet film du soir, votre esprit s'échappe et vous essayez de vous "transmuter" dans le salon d'un proche.
Vous vous demandez comment s'est passé sa journée, qu'a-t-il fait, où est-il allé...
Hélas, ces questions vont rester sans réponse.
Sauf que, bien sûr, vous pourriez décrocher votre téléphone et demander à cette personne de vous raconter de sa journée. 

lundi 21 mai 2012

Et pendant ce temps...

Le monde va mal, tout fout le camp.
Heureusement, il reste le foot...



vendredi 18 mai 2012

Salviac est-il un con ?

Quand j'ai eu connaissance de "l'affaire Salviac", j'ai aussitôt pensé : Salviac est un con, et il mérite son sort.
Je vous rappelle les faits :
Pierre Salviac est journaliste. Il fut le commentateur télévisuel des matches de rugby qui remplaça, le légendaire Roger Couderc ce qui fait que tout le monde a oublié qu'il fut d'abord un brillant grand reporter. Sa collaboration avec France Télévision se termina aux prud'hommes. Il se reconverti dans diverses activités médiatiques. Fin 2011, Pierre Salviac annonce son intention de prendre du recul par rapport au journalisme, et il quitte Paris pour retourner à La Rochelle se concentrer sur des projets plus personnels.

mercredi 16 mai 2012

Casses-toi, pov'con...

Avant le combat des législatives, il faut que je vous parle de quelques polémiques récurrentes qui commencent sérieusement à me taper sur les nerfs.

1ère polémique : la condamnation de J-M Ayrault. Dès que son nom a été évoqué, on a ressorti cette condamnation pour fait de favoritisme. On l'évoque à chaque fois que son nom est prononcé. Quand j'écris "on", il faut lire la droite bien sûr qui ne se lasse pas d'évoquer le sujet, sans craindre curieusement les éventuelles foudres de la justice puisque évoquer sa condamnation, qui date de 1997, pourrait constituer un délit. Pourtant, à propos de justice, certains UMP pourraient bientôt avoir à faire avec quelques juges d'instruction, à commencer par J-F Copé.


mardi 15 mai 2012

Direct live...

Je suis devant ma TV.
Evidemment.
Je n'aurai pas voulu manquer ça.
Ca, c'est l'investiture du nouveau Président de la République, François Hollande.
Toutes les chaines d'info en continue sont sur les dents, le moindre détail est exploité jusqu'à l'usure car il faut alimenter le robinet à images. Certaines présentent la liste confidentielle des invités, d'autre, telle BFMTV qui dans ses émissions donne toujours priorité au direct, nous a fait assister à la pose du tapis rouge sur l'escalier du palais de l'Elysée. Passionnant...

lundi 14 mai 2012

Morgen ist auch noch ein tag...

De mes longues années d'étude de la langue allemande, j'ai uniquement retenu cette expression "morgen ist auch noch ein tag", ce qui signifie "demain est un autre jour".
Oui, demain est un autre jour.
Demain une nouvelle ère va s'ouvrir.
Demain, François Hollande sera investi Président de la République.
Demain, enfin !
Demain sera une belle journée, mais pas pour tout le monde.
Pas pour la droite en général et JF Copé en particulier.

dimanche 13 mai 2012

Hostium Terra...

J'ai beaucoup publié sur la présidentielle. Celle-ci terminée, je pouvais craindre un certain assèchement de mes sources d'inspirations.
Heureusement, les législatives se profilent à l'horizonn et il est grand temps que je vous parle de mon environnement politique.
Mais parlons plus bas, on pourrait bien nous entendre...Je suis en territoire ennemi...hostium terra..
Revue d'effectifs :
A tout seigneur tout honneur. La figure de proue de la classe politique locale est Christian ESTROSI, ci-devant député-maire de Nice et président de la métropole Nice Côte d'Azur. 

Partisan du rétablissement de la peine de mort, il considère, qu'à défaut, "il n'y a rien d'inhumain à laisser les condamnés en prison jusqu'à la fin de leurs jours puisque c'est là qu'ils sont le mieux".


KiCéTouCeuLà ?

Quel point commun y a-t-il entre Alain Juppé, Claude Guéant et Edouard Courtial, Philippe Richert ou encore Claude Greff ? Ils sont tous ministres. Si si, même les trois derniers cités. Ah, vous ne les connaissiez pas ? Rassurez-vous, moi non plus.
Et hélas, nous n'aurons pas l'occasion de faire plus amples connaissances car dans quelques jours, ils replongerons dans un anonymat qu'ils n'auraient jamais dû quitter...
A cette occasion, j'ai trouvé un billet intitulé : "Mesdames, Messieurs : AU REVOIR !". 
Je vous le reproduit ci-dessous tout en vous recommandant la consommation régulière et sans modération de l'excellent site de l'auteur : "Partageons" mon avis". (il figure dans "ma liste de blogs", là, sur la page dans la colonne de gauche).




samedi 12 mai 2012

Blogs de comptoir (2)...

LA GRECE : 
Suivez-vous les évènements de Grèce ? J'ai souvent évoqué ce malheureux pays dans mes billets. Rien n'est réglé. Le pays s'enfonce de plus en plus dans la misère. Le quotidien d'une part importante de la population consiste désormais à trouver de quoi se nourrir...Non, nous ne parlons pas d'une quelconque république bananière au fin fond de l'Afrique, mais d'un pays à deux heures de vol de Paris et qui fut le berceau de notre civilisation. Les partis traditionnels  récemment élus sont incapables de s'entendre pour former un gouvernement. Et voilà qu'un parti néo-nazi, l'Aube Dorée, est entré au parlement. Pas un parti d'extrême droite comme le FN chez nous, non, des vrais nazis, avec emblème imitant la croix gammée, salut hitlérien et idéologie à l'avenant. 

lundi 7 mai 2012

Bon et maintenant...

Cher François.


Tu es le nouveau Président de la république. Tu vas t’asseoir dans le fauteuil de Mitterrand. 
Quel parcours ! 
Toi, le péquenot Corrézien, toi envers qui tes adversaires, et hélas pas seulement à droite, n'avaient pas de mots assez insultants, toi qui avait osé annoncer que tu défierai l'immense DSK aux primaires, toi le terne candidat venu du diable vauvert, laboureur inlassable des provinces françaises, toi François Hollande tu as vaincu son Immensité Sarkozy 1er (et dernier) du nom.
Gloire à toi.

dimanche 6 mai 2012

On attendait depuis si longtemps...


Qu'est-ce-que ça nous a semblé long !
On attendait depuis si longtemps.
Précisément depuis le 6 mai 2007...1801 jours soit 43224 heures ou 2 593440 minutes  (je vous fais grâce des secondes) que nous supportons l'insupportable Monarque.
Et aujourd’hui, c'est terminé.
Couché par la vague qu'il avait pourtant bien vu venir, nous sommes débarrassé du Démiurge Elyséen.
Pendant son discours d'adieux, les larmes me sont montées aux yeux. 
Il faut dire que j'étais en train d'éplucher un oignon pour la salade de tomates.



Et Ségolène ?

Dans toute la France, la joie de la victoire explose.
Partout la liesse populaire, peut-être encore plus forte qu'en 1981.
Pourtant, au soir de cette magnifique victoire, je ne peux m’empêcher de penser à Ségolène Royal. 
Il y a cinq ans jour pour jour, elle aurait pu vivre ces moments magiques mais les Français en avaient décidé autrement. 

20H00...

20H00
L'heure sacrée.
Sur toutes les chaines de TV, les petits carrés dissimulant le visage du nouveau Président dansent la sarabande, puis se figent  pour dessiner le visage du vainqueur.
François Hollande est élu Président de la République.
D'un seul coup, notre taux d'adrénaline s'effondre, nous laissant un moment sans force. Puis doucement, comme monte le niveau de l'eau dans un récipient, une joie indicible nous envahit, nous submerge, nous renverse tel un tsunami.
François Hollande est élu Président de la République.
Grâce à sa pugnacité il a réussi son incroyable défi, renversé un par un tous les obstacles, terrassé tous ses ennemis, déjoué tous les pronostics.
François Hollande est élu Président de la République.
Et, par conséquent, Sarkozy est défait. Son agressivité, son arrogance, ses mensonges éhontés, son virage indigne vers les thèses de l'extrême droite ont enfin ouverts les yeux au peuple français qui l'a chassé.
François Hollande est élu Président de la République.
Seul devant ma TV, je récupère petit à petit de...Mais c'est l'heure de la pub.




Twitter...

La commission des sondages, qui n'a pas remarqué que nous sommes passés au XXI siècle, a interdit sous peine de poursuites la publication de tout chiffre avant 20H.
Et pendant ce temps là, Twitter...








Et en plus, ça rigole...














La suite à partir de 20H00...

vendredi 4 mai 2012

Piqûre de rappel...

S'il y a un domaine dans lequel  notre futur-ex-monarque n'a jamais varié, c'est bien l'enfumage. Ce vendredi il a déclaré : "Comment accepter cet étalage d'injures, de calomnies et ce torrent d'outrances ?". Contrairement aux apparences, ce n'est pas de la teneur de la campagne menée par la droite dont il parlait, mais de lui-même...On croit rêver. Il continue tranquillement d'attribuer à son adversaire tous ses propres défaut et ses sbires frappent toujours sous la ceinture. 

jeudi 3 mai 2012

Hollande m'a tuer...

Une première.
J'avais projeté d'écrire ce billet en regardant le débat en direct.


21H00 :
Ouverture. Sur le plateau Pujadas et Ferrari qui remplacent les plantes vertes dans le décor.
Tiens, Sarkozy a un bottin sous les fesses. Non, je déconne...
Hollande ouvre le feu. Il semble un peu tendu mais il parle posément avec calme.
Sarkozy a le visage grave, sa tête des mauvais soirs. D'entrée, il se lance dans le dénigrement.
Et le mensonge : "je ne suis pas le président d'un parti". Ah bon, et l'UMP alors ? Il continue : "il n'y a pas eu d'émeutes pendant mon quinquennat"....
Sarkozy essaie de mettre en cause le silence de Hollande sur les prétendues insultes proférées par son camp.
Hollande réplique très brillement et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

mercredi 2 mai 2012

N'ayez pas peur...

Ce soir aura lieu le grand débat, celui que tout le monde attend, celui qui peut changer la donne.
Pour moi, ce débat est du pipeau.
A moins qu'un des candidats ne pète carrément les plombs et se jette à la gorge de son adversaire, il ne se passera rien de déterminant. Chacun sera dans son registre, avec comme seule ambition de ne pas sortir la bourde qui le mettrait en difficulté.
Les caciques de droite attentent ce moment avec gourmandise. Ils annoncent déjà que leur favori va exploser le pâle Hollande, l'éparpiller aux 4 coins du studio et montrer que celui qui à l'envergure d'un président, c'est lui, et personne d'autre.
Je vous le dis : ils prennent leurs rêves pour des réalités.

mercredi 25 avril 2012

Kicéceluilà...

Quelques heures pour souffler et on repart de plus belle.
Il est toujours bon de prendre un peu de recul après un tel évènement, ne serait-ce que pour récupérer un peu de la campagne.
Un qui ne fatigue pas, c'est Copé.

lundi 23 avril 2012

On refait le match...

Comme dans un match de foot, nous sommes à la mi-temps et le score est inscrit au tableau d'affichage :  
HOLLANDE : 1 - SARKOZY : 0
Cette 1ère mi-temps a été, comme prévue, très disputée. Les joueurs se sont donnés à fond et dans les commentaires vont bon train. Globalement, tout le monde est satisfait de l'assistance, qui frôle les records. Par contre, certains sont déçus de l'attitude de certains supporteurs.

dimanche 22 avril 2012

Attendre...

Attendre !
Verbe : espérer l'arrivée d'une personne, d'un évènement, escompter.
Il est 18H00.
La majorité des bureaux de vote vient de fermer. Seuls les habitants des très grandes villes peuvent encore voter. Mais les jeux sont probablement faits.
L'attente : elle a commencé dès ce matin. Comme je vous l'avais raconté dans un précédent billet (ICI), je n'ai pas pu voter personnellement. J'ai donc établi une procuration, confiée aux bons soins d'un ami à Montmerle. Premier souci, est elle arrivée à bon port ? Deuxième inquiétude : Gérard, mon bras armé, va t-il arrivé sans encombre jusqu'au bureau de vote ? Ne risque t-il pas d'être victime d'un attentat perpétré par une obscure officine Sarkozienne.
A 10H, le téléphone sonne. 

jeudi 19 avril 2012

Houba ! Houba ! ...

Pour relâcher un peu la pression générée par cette élection, il était tentant de jouer la carte cinéma.
Ca tombait bien. 
Une première vague de petits enfants* étant arrivée pour les vacances, en fin de matinée nous prenons la direction du multiplex Pathé. En ce moment, un seul film véritablement pour enfants, "sur la piste du Marsupilami".

La journée sera belle...

Le "mou, le Culbuto, Flamby, Guimauve le conquérant, Mollande..."
Vous vous souvenez de tous ces noms d'oiseaux dont on qualifiait François Hollande, pas toujours inventés par la droite. Ils avaient pour seul but de dévaloriser l'homme politique dont certains présentaient et redoutaient l'ascension.
Avec raison.

mercredi 18 avril 2012

Alors, je m'interroge...

N'en déplaise aux nostalgiques du bon vieux temps et aux puristes, il y a un bon moment que le football a quitté le domaine du sport de grand-papa pour entrer dans l'époque du foot-business et de l'argent roi.
Au niveau de "l'élite", c'est à dire de la ligue 1, il y a maintenant un foot à deux vitesses : d'un côté les clubs aux moyens limités, de l'autre les clubs aux budgets pharaoniques.
Pour les premiers, le jeu consiste à attirer, puis conserver dans leur effectif les meilleurs joueurs possibles, au prix le plus raisonnable et de lutter toute la saison pour ne pas faire partie de la charrette de ceux qui redescendent en division inférieure. 

mardi 17 avril 2012

Qui a la plus grosse ?

Qui a la plus grosse ?
Sous-entendu la plus grosse assistance à son meeting.
La droite dit : "c'est nous..."
La gauche réplique "pas du tout, c'est nous..."
Les médias disent : "match nul !"
Et moi ?
J'm'en tape.
A quoi servent ces rassemblements censés faire basculer les électeurs dans le bon camp ?
A rien.
Pourquoi ?
Parce que ils ne rassemblent que des convaincus. 

lundi 16 avril 2012

Il ment, donc il hait...

Le règle de base du jeu politique est la confrontation d'idées.
Chacun développe ses arguments et tente de décrédibiliser ceux des autres.
Malheureusement, ce qui prévaut, c'est la mauvaise foi et la désinformation. La vérité est tordue en tous sens et n'a finalement aucune importance, pourvu que l'adversaire soit mis en difficulté.
A ce petit jeu, les ténors de  l'UMP sont les champions de la mauvaise foi, sous la houlette de C.Guéant, menteur-chef, mais sa suprématie est rudement mise à mal par Jean-François Copé qui ne recule devant rien pour démolir François Hollande.
Voyons trois extraits de sa dernière interview :

samedi 14 avril 2012

Sortie de placard. Et de route...

L'issue semble est inéluctable. 
D'ailleurs le Président-candidat l'a annoncé lui-même : "je sens monter la vague".
En fait de vague, c'est un tsunami qui se prépare et qui va balayer le Sarkoland.
Après avoir accompagné une remontée du Monarque, les sondages replacent Hollande en tête, aussi bien au 1er qu'au second tour, et ce depuis le début de la campagne officielle, c'est à dire depuis que le temps de parole des candidats est strictement identique et surveillé. Hasard ? Non, évidemment. On peut maintenant allumer sa TV, écouter la radio ou ouvrir son journal sans tomber systématiquement sur Sarkozy.
Et nombre de ses affidés ont disparus des écrans radars. Quelqu'un a-t-il des nouvelles de JF Copé ? En réalité, ils sont tous en train d'essayer de sauver leur peau, voire de se placer pour "après".
Il n'y en a qu'un qu'on entend encore : Fillon

Pourquoi voter Sarkozy...

Dans une semaine, il faudra voter.
Si vous faites partie de ceux qu'on nomme les indécis, ceux qui n'ont pas encore choisi leur champion, je vous propose ci-dessous un liste d'arguments  pour vous aider à vous déterminer.



vendredi 13 avril 2012

Publicité...





Un permis pour tout ?

Vous avez économisé sou par sou et maintenant vous êtes prêts à construire la maison de vos rêves. Mais auparavant, il vous faudra obtenir un permis de construire. Et si cette construction une fois terminée ne vous satisfaisait pas, vous pourrez la démolir. Après obtention, bien entendu d'un permis de démolir en bonne et due forme.
L’automne venu, vous adorez parcourir les plaines et les bois en compagnie de votre chien. A l'occasion, vous ne dédaignez pas tirer un coup de fusil en direction d'un lièvre ou d'un perdreau imprudents. Oui, mais il vous faut un permis de chasse.

lundi 9 avril 2012

Canal Plus de moins...

Même si vous n'êtes pas branchés foot, vous avez forcement entendu parler ce dimanche du Clasico. Et tout ce battage vous a peut-être exaspéré.
Désolé, je vais en remettre une couche, mais pour vous apportez un éclairage autre que footballistique.
Avant d'en venir au coeur de mon billet, petite explication de texte. 
Le Clasico est souvent confondu, à tort, avec le derby.
Le derby est une confrontation entre deux clubs proches géographiquement, voire de la même ville : OL-St Etienne, Liverpool-Manchester, Arsenal-Tottenham...Il en existe dans tous les championnats.
Le Clasico d'appellation d'origine contrôlé est la double confrontation qui oppose chaque saison le Réal de Madrid et le FC Barcelone au sein du championnat Espagnol. Par extension, ce nom est également donné à toutes les rencontres pouvant avoir lieu entre ces deux clubs à l'occasion d'autres compétitions (Coupe du Roi, Champion league).
Cette rencontre entre les deux plus grands clubs d'Espagne est suivie dans tout le pays mais aussi dans le monde entier (400 millions de téléspectateurs en moyenne*) et est plus qu'un simple match.
L'antagonisme entre les deux cités va bien au-delà de la simple rivalité sportive, c'est un véritable affrontement idéologique entre deux régions ennemies : la Catalogne et la Capitale, à cause de  vieilles haines datant principalement de la période Franquiste durant laquelle les Catalans fut durement opprimés.
Heureusement, aujourd'hui le combat est redescendu essentiellement au niveau sportif.
La renommée médiatique planétaire de ce match a attiré bien des convoitises, notamment en France où la notion de Clasico a été importée dans les années 80. Il désignait les rencontres entre l'Olympique de Marseille et le PSG, symbole du combat province versus capitale. A l'époque, les deux clubs luttaient pour la conquête du titre de champion et leur rivalité était soigneusement entretenue par le président de l'OM, l'ineffable Bernard Tapie, spécialiste du jet d'huile sur les braises incandescentes.
Pour créer et entretenir la légende du Clasico à la française, il fallait un diffuseur. Ce fut Canal+ qui mis en musique pendant des années cette rivalité.
Hélas, ce qui devait être le sommet de la saison de foot tourna court bien vite. 
Sans préjudices des outrances verbales qui opposaient les deux clubs, les présidents, les joueurs, supporteurs et généraient des violences sur et hors des stades, ce sont surtout leurs performances sur le terrain qui vira au fiasco. 
Quand l'un dominait, l'autre plongeait dans les tréfonds du classement (avec même une descente infamante en L2 pour l'OM) et leurs confrontations ont souvent donné lieu à des matches médiocres.
Le Clasico de ce dimanche de Pâques n'a pas échappé à la règle, comme prévu.
Pourtant, depuis le début de la semaine, Canal+ faisait monter la sauce avec des centaines de spots publicitaires diffusés, le paroxysme étant atteint le jour du match avec une journée spéciale : analyses, reportages, arrivée du bus en directe, 30 caméras pour couvrir la rencontre et 11 h d'antenne. 
La montagne va accoucher d un souriceau : certes, la chaîne cryptée a réuni 2,3 millions de téléspectateurs, mais la note donnée par les abonnés (10,8) confirme la médiocrité du spectacle proposé.
Toutes compétitions confondues, il y a eu 78 Clasico à la Française. On est loin des 215 (ou 242 selon les sources) Clasico Barça-Réal...
Alors pourquoi une telle débauche de moyens ? La réponse est évidente : l'arrivée de la chaîne de TV Qatari Al-Jazira. Non content d'avoir racheté le club de la capitale, les Qataris ont raflé à Canal+ la diffusion de toute la Ligue des champions entre 2012 et 2015,(sauf le premier choix) et une partie non négligeable du championnat de L1. 
Cette nouvelle chaîne de TV sera dirigée par Charles Biétry, l'homme qui a inventé le foot sur Canal+ et qui en est parti dans des conditions obscures. La vengeance étant un plat qui se mange froid, et C.Biétry étant affamé, il a commencé à puiser dans le vivier des journalistes de Canal, à commencer par l'excellent Darren Tulett, l’excentrique mais néanmoins excellent spécialiste du foot anglais.
Canal+ a fait du football l'une de ses vitrines pour séduire les abonnés. Son autre fer de lance, le cinéma s'épuise dans la mesure où les nouveaux films paraissent en DVD de plus en plus tôt après leur sortie. Il est donc vital pour la chaîne cryptée de séduire un maximum de nouveaux abonnés avant le démarrage de sa concurrente.
Si pendant des décennies le foot à fait vivre, et bien vivre Canal+, on peut légitimement s'interroger sur la stratégie de la Ligue de football.
La chaîne cryptée a largement contribué non seulement à sauver le cinéma français (les cinémas Allemand et Italien ont disparus corps et biens) mais également promu et médiatisé nombres de petits sports confidentiels, sans parler du rugby qu'elle a sauvé de l'agonie en permettant son passage au professionnalisme.
Si Canal+ se trouvait fragilisé, c'est tout un pan du sport français qui serait menacé, à commencer par le foot lui-même.
Mais ça, "les gros pardessus" de la Ligue s'en foutent. Ils ne pensent qu'à faire entrer un maximum de fric pour approvisionner le tonneau des danaïdes des clubs français, sans pour autant obtenir de résultats probants au niveau des résultats.
Affaire à suivre...et en attendant, portez-vous bien.


*Pour les puristes, le record mondial est détenu par le match Liverpool-Manchester, 500 millions de téléspectateurs le 15 octobre 2011...

lundi 2 avril 2012

Faut être motivé...

Nous vivons dans un pays formidable !
Tenez ! 
A chaque consultation électorale, nous avons droit aux mêmes jérémiades de la part des politiques de tous bords, largement relayées par les médias : le taux d'abstention. Au grand dam de tous les partis, les Français ne se déplacent pas pour voter et ils le déplorent. Chacun y va de son analyse, mais aucun ne remet en cause la médiocrité du débat politique. Et pour la prochaine présidentielle, on nous annonce déjà un record, avec un taux qui pourrait atteindre 32%...
Mais ce n'est pas le sujet de mon billet.
Nous vivons dans un pays formidable !
Il fallait s'inscrire sur les listes électorales avant le 31 décembre 2011 pour voter quatre mois plus tard...Si vous déménagez pendant cette période, vous ne pouvez pas vous inscrire dans votre nouvelle commune, ce qui constitue peut-être une première explication à l'abstention.
Vous me direz qu'il est possible de voter par procuration. C'est exact !
Nous vivons dans un pays formidable !
Me trouvant dans ce cas de figure et bien décidé à participer à ce vote, j'appelle la gendarmerie pour me renseigner sur les formalités : c'est très simple, me dit-on, il faut se présenter avec la personne à qui vous allez donner procuration. 
      -"Problème, nous sommes à 500km l'un de l'autre".
     -"Dans ce cas, vous devrez présenter la photocopie recto-verso de sa carte d'identité"
Dont acte. 
J'appelle mon bon Gérard pour lui expliquer la situation et 48H plus tard, j'ai le document en main.
Par précaution avant de me déplacer, je rappelle la gendarmerie. Qui me confirme que la démarche doit s'effectuer...au commissariat !
Nous vivons dans un pays formidable !
Coup de fil au commissariat où j'explique mon cas. Coup de théâtre, mon interlocuteur m'affirme qu'il faut que j'effectue la démarche dans la ville du bureau de vote. Devant ma surprise, il me demande de patienter, il va interroger son supérieur et quelques instants plus tard, il me confirme l'information, c'est le chef qui l'a dit !
Les bras m'en tombent !
Sur internet, je vois que la démarche peut-être également effectuée au tribunal d'instance.
J'appelle le tribunal. Il est 15H55. Compte-tenu des délais administratifs, je tombe sur le répondeur qui m'informe que le tribunal ferme à 16H...
Nous vivons dans un pays formidable !
Ce matin, je fonce au tribunal. 
Au guichet, une employée fort aimable me réclame ma carte d'identité et un justificatif de domicile (j'ai eu la bonne idée de me munir d'une quittance de loyer). Elle me remet le formulaire à remplir et 5 minutes plus tard, ma procuration est validée.
Admettez qu'il fallait vraiment être motivé, alors que la démarche est on ne peut plus simple.
On reste rêveur devant l'incompétence crasseuse de ceux qui sont censés vous informer.
On se demande si tout n'est pas mis en oeuvre pour décourager les impétrants. Ou si tout simplement nos fonctionnaires essaient de s'éviter une surcharge de travail...
Enfin, vous avez compris que le 22 avril et le 6 mai, ma voix sera décomptée.
Nous vivons dans un pays formidable !
Portez vous bien.

lundi 26 mars 2012

Dis moi ce que tu lis...

Très longtemps, j'ai été abonné au Nouvel Observateur
Toutes les semaines, j'attendais avec impatience l'arrivée de ma revue. Dès qu'elle était déposée dans la boite aux lettres, je m'en emparais et déchirais avec gourmandise la pochette de cellophane. Je n'ouvrais jamais immédiatement le journal. J'attendais le bon moment. 
Et le bon moment finissais toujours par arriver.
Quand l'heure de me rendre aux toilettes sonnait, je me munissais de mon Nouvel Obs et m'installais sur le pot. Car je n'ai jamais lu un seul article de ma revue en dehors de ce sympathique endroit exiguë. 
A ce moment de mon billet, il serait peut-être nécessaire de faire appel à un psychologue, voire à un psychiatre pour analyser mon cas. 
D'autant que ma lecture respectait un cérémonial immuable : Tout d'abord, feuilletage de la 1ère à la dernière page, sans lire aucun article. Puis début de lecture par l'éditorial de Jean Daniel, toujours de haute tenue intellectuelle et pas forcement facile à assimiler, ensuite les articles courts. Je gardais le dossier de la semaine pour plus tard avec la chronique de Delfeil de Ton qui clôturait ma lecture. 
Cette technique me permettait de terminer mon hebdo pile au moment de l'arrivée du suivant. Quand par malheur un décalage se produisait dans la distribution, je vous laisse imaginer le drame et les répercutions sur l'équilibre de mon transit.
Naturellement, cette pratique impliquait un temps d'occupation des lieux hors normes, ce qui n'allait pas sans poser quelques problèmes. 
Pour les autres. 
Heureusement, nous avons toujours eu la chance d'avoir deux toilettes dans nos logements, ce qui permettait de gérer les urgences.
Puis j'ai commencé à me lasser. Ce qui m'a agacé, ce sont d'abord toutes ces sollicitations continuelles, ces prospectus joints dans la pochette de la revue. J'avais pris l'habitude de les jeter sans même les ouvrir. 
Mais plus grave, c'est le contenu du journal qui a fini par me lasser.
Les pages consommations par exemple, truffées de présentation d'articles luxueux, de reportages dans des contrées lointaines, d'essais de voitures haut de gamme, le tout à des prix hors de portée du lecteur moyen. Je pensais que l'Obs était un journal de gauche...Certes, être de gauche n'implique pas forcément d'être nécessiteux, mais tout de même, une certaine limite devrait s'imposer à la rédaction.
Ensuite, les "marronniers". Il s'agit de ces articles qui reviennent régulièrement sur des sujets récurrents : le prix de l'immobilier, le classement des cliniques, des lycées etc...etc...
Enfin, la dérive publicitaire. Il est compréhensible qu'un journal ait besoin pour vivre de recettes liées à la publicité. Mais tout de même, trop c'est trop. Ces derniers temps, le Nouvel Obs était devenu une succession de pub, entrecoupée d'articles journalistiques. 
Le Nouvel Obs est devenu le porte drapeau d'une gauche sclérosée et repue de plus en plus contestée par sa base.
J'ai donc résilié mon abonnement. 
Et depuis je m'ennuyais aux toilettes...
Présentant cette fin radicale, je m'étais m’intéressé à une autre revue, Le PointHélas, malgré mes efforts, je n'ai jamais vraiment accroché. Très vite, exit Le Point.
Pour me tenir informé, je me suis mis à consulter les sites internet des principaux journaux. C'est bien, mais il me manquait le contact physique avec un support papier. Je suis revenu à mes premières amours. Il y a longtemps, très longtemps, je lisais l'Evènement du Jeudi. C'est donc tout naturellement que je me suis tourné vers Marianne. Ce journal combat la pensée unique. Volontiers provocateur, il assure son indépendance en assurant 95 % de ses recettes par les ventes. Les publicitaires n'y dictent donc pas leurs oukases. J'y ajoute les trois raisons suivantes :
     -JF Kahn, le fondateur. A mes yeux un des meilleurs journalistes actuels, très critique mais lucide dans ses analyses et extrêmement cultivé. Ereinté par les biens-pensants suite à ses prises de position, il avait annoncé son retrait du journalisme. Une promesse qu'il n'a pas tenue, et c'est tant mieux !
     -Jacques Julliard. Son éditorial ouvre le journal et sa lecture est toujours un grand moment. A 77 ans, il est bien plus moderne que nombre de ses confrères plus jeunes. Homme de gauche, mais très critique envers celle-ci "Qu'est-ce qu'un homme de gauche doit faire de plus ? D'abord, commencer à ne plus réfléchir comme un banquier" . Habité d'une grande intégrité morale, il n'a pas hésité, au bout de 32 ans, à quitter le Nouvel Obs pour cause de désaccord sur la ligne éditoriale du journal. Tiens tiens ! 
     -Alain Rémond. Son billet, finement intitulé "Faut voir" est la dernière page de la revue. Dans ceux-ci, il disserte sur ses sujets de prédilection : la malveillance des objets domestiques, l'absurdité de l'administration ou  le comportement de ses contemporains, le tout dans un style humoristique qui me réjouit.
Une regret cependant, la chronique "le journal mythomane"de Nicolas Bedos. Le fils de l'autre, mais en beaucoup moins bien. Son humour se situe très largement au dessous de la ceinture et je vous défie de lire un de ses billets graisseux sans y trouver les mots cul, drogue, alcool...Personnellement, je zappe.
Je ne me suis pas abonné, m'évitant ainsi les affres d'un retard de distribution et pour le plaisir d'aller chez mon libraire le samedi matin pour acheter ma revue.
Dis moi ce que tu lis, je te dirais qui tu es...
Et vous, que lisez-vous ?
Portez-vous bien.

mardi 20 mars 2012

Blogs de comptoir (2)...

La tuerie :
Tout d'abord, que les choses soient claires : je considère que l'assassinat d'un enfant, de n'importe quel enfant, est un acte insupportable qui justifie colère et indignation.
Cependant, l'énorme émotion soulevée par la tuerie de Toulouse m'interpelle.
Comme un seul homme, tous les politiques se sont rués sur place. Avec le même discours, les mêmes mots, les mêmes mines compassées et la même surenchère dans le verbe. Sans prendre aucun recul, chacun à condamner l'attentat le qualifiant immédiatement d' anti-sémite. Et c'est là qu'on mesure la puissance de la communauté juive en France. Dès que l'un des leurs est impliqué, toutes les organisations juives montent au créneau, relayées par tous les médias de France et de Navarre. 
Je ne suis pas certain qu'une même agression contre une autre communauté, au hasard les gens du voyage, aurait déclenché une telle réaction, un tel déploiement de moyens, un tel déferlement de discours plus ronflants les uns que les autres, des décisions aussi irrationnelles. Ainsi, les policiers municipaux de Toulouse ont été réarmés...Et je vous passe  les experts criminologues et profileurs de tous poils qui tournent en boucle sur tous les médias.
Mais admettons.
Pourtant, rien de permet pour l'instant de préjuger du caractère raciste de cet acte. Rien ne permet d'affirmer qu'un quelconque réseau soit derrière cette attaque. Peut-être s'agit-il de l'oeuvre d'un psychopathe, d'un sérial killer comme on en voit souvent aux Etats-Unis. Ce qui me surprend, c'est que le tueur semble avoir agit avec un sang froid de professionnel, sans s'affoler, qu'il ait méthodiquement tiré sur ses cibles et que pourtant, il n'y ait que "si peu" de victimes.
Si le tueur fait parti d'un quelconque réseau, on peut raisonnablement penser que les moyens déployés permettront sa rapide mise hors d'état de nuire. Mon inquiétude est que si le tueur est un fou, sa traque risque d'être longue et compliquée.


Les candidats :

La vie continue. Ce même jour, nous avons pris connaissance de la liste officielle des candidats à l'élection présidentielle. Il y aura dix candidats, sans surprise. Les sérieux, du moins  supposés tels, et les quelques turlupins de service (je vous laisse deviner lesquels). Pour moi il y a une déception : l'absence de Corinne Lepage,  et aussi  une très grande satisfaction : l'élimination de Dominique Galouzeau de Villepin, grand bourgeois dont l'égo se révèle proportionnellement inverse à sa représentativité dans l'électorat.



Les mots du football :
Savez-vous quel est le mot le plus employé par les footballeurs ? Ballon, tir, but, équipe, voire transferts ou primes ?
Non, vous n'y êtes pas. Le mot qui revient le plus régulièrement dans le discours des footeux est : "voilà" ! Il vient régulièrement hacher leurs bafouillages, placé à tout propos et sans raison. Voilà ! Maintenant que vous le savez, amusez vous à écouter leurs propos et voilà, vous vous apercevrez que, voilà, il l'utilise à tout bout de champ sur tout les tons, et voilà, c'est particulièrement exaspérant. Voilà !


Le morfalou :
La TV est allumée tandis que j'écris ce billet. Elle me sert de fond sonore. Une page de pub et une annonce pour un site de comparaison de prix de billets d'avion, Vol24.fr attire mon attention.
Je reconnais l'acteur. Depuis des années, il est apparu dans des pubs pour, en vrac : EDF, Hitachi, Bouygues Télécom, la Poste, Playstation, Citroën, sans oublier l'eau Cristaline... Quand il devient "ambassadeur" de la marque Airness, le club de Lens dont il est l'éphémère entraîneur est sponsorisé par la marque Nike. Qu'à cela ne tienne,  lors d'apparitions publiques il cache le logo de Nike avec un sparadrap...Malgré ses 70 ans sonnés, il continue de plus belle et vante les cartouches d'encre recyclables et l'opérateur téléphonique Zéro Forfait. Vous voyez de qui je parle ? Mais si, l'inusable et néanmoins insupportable Guy Roux !


Greffe de foie :
Même si vous n'êtes pas fan de foot, vous n'avez pas échappé à la nouvelle selon laquelle le footballeur Eric Abidal doit subir une greffe du foie. J'aime beaucoup Eric Abidal, mais là encore, le déferlement médiatique provoqué par cette nouvelle m'a mis très mal à l'aise et tout particulièrement l'attitude de ses collègues footeux. C'est une véritable insulte à tous ceux qui souffrent du même mal et qui, très probablement, attendront leur greffon plus longtemps que la star du FC Barcelone. C'est juste indécent !


Si à la fin de la lecture de ce billet vous avez encore un moral d'acier, bravo !
Mais je pourrai encore vous parler de l'accident de car en Suisse, du prix des carburants, de la crise financière, des risques de guerre au Moyen-Orient, du 1% d'Eva Joly, de l'OM qui perd tous ses matches....
J'ai pitié de vous.
Portez vous bien.