Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

jeudi 5 janvier 2012

Et maintenant...


Le transfert de cette fin d'année, ce n'est pas Beckam au PSG, c'est Colette à Nice…
L'euphorie provoquée par cette nouvelle commençant à retomber, voici venu le temps des interrogations.
Vivre sur la Côte d'Azur, c'est formidable, c'est le paradis. Le soleil, la mer, la plage, les fleurs, etc., etc.…
Cependant, entre cette vision idyllique de carte postale estivale et la réalité au quotidien, il y a peut-être une différence.
Il faut vite reposer les deux pieds bien à plat sur le sol et comme le disait souvent le grand Jacques "savoir raison garder".
Analysons objectivement la situation et en dehors des idées reçues, voyons les avantages et les inconvénients.
Dans la colonne "avantages", j'inscris bien évidemment le climat, la Méditerranée et ses plages, la proximité de la montagne, bref, une qualité de vie certaine.
Et puis ?
Ben et puis c'est à peu près tout…
Voyons la colonne "inconvénients", plus garnie.
En premier lieu, le logement. Terminée la grande maison avec bureau, chambres d'amis et jardin. Vu le niveau des loyers, il va falloir restreindre sérieusement notre espace vital. Même en s'éloignant de 20 à 30 km de la côte, les maisons sont rares, petites et chères, du moins celles qui entrent dans notre budget. Par contre, pour 3000€, vous trouverez facilement votre bonheur et avec piscine s'il vous plait. Mes premières recherches me laissent dubitatif et pour tout dire, un peu inquiet.
Vient ensuite le coût de la vie. La Côte d'Azur n'est pas une région réputée accueillante pour les économiquement faible. Tout y est formaté pour que les riches se sentent à leurs aises et que les pauvres aillent voir ailleurs. C'est particulièrement vrai lors de la saison estivale, mais l'autochtone subit cette situation en permanence.
La majorité des personnes ayant vécu dans cette région sans en être originaire nous font remarquer que la mentalité locale n'incite pas à la convivialité. Il existerait même une certaine forme d'ostracisme envers les étrangers, c'est-à-dire tous ceux qui viennent du nord, le nord commençant, comme chacun le sait, dès que vous quittez le département 06. Légende ou réalité ? L'avenir nous le dira, mais je connais par expérience quelques régions de notre belle France où l'accueil n'est pas non plus des plus chaleureux, suivez mon regard…
Enfin, et ce n'est pas là le moindre problème, il ne vous aura pas échappé que Nice se situe à l'extrême sud-est de la France. Ce qui nous éloigne de ceux qui nous sont chers. Paris est à 930 km, La Charité à 740. Quand à Angoulême, il faut compter quasiment 10 heures de route. Notre implantation dans la région Rhône-Alpes ne favorisait déjà pas les réunions familiales, il va falloir maintenant réfléchir à cette question, car outre l'éloignement géographique, il y a également le coût des déplacements à prendre en compte (AR Angoulème = 300€ de carburant et péages !).
Cet éloignement nous a fait un peu hésiter. Un peu seulement, car rien ne dit qu'un jour nos enfants n'iront pas s'établir ailleurs que là où ils se trouvent actuellement. Donc, objection rejetée votre Honneur !
La colonne "inconvénients" l'emporte largement sur celle des "avantages". Alors, me direz-vous, pourquoi y aller ?
Parce que !
Parce que d'abord nous avons la bougeotte et que cette aventure est terriblement excitante.
Ensuite parce que d'un naturel optimiste (le verre est toujours à moitié plein…), nous considérons qu'il n'existe pas d'obstacles insurmontables.
Et que pour Colette, ce nouvel environnement professionnel est valorisant.
Et puis, 16° à Nice un 30 décembre, c'est quand même pas mal non plus…
Et puis parce que, parce ce que ! Et puis c'est tout.
Est-ce le bon choix ? Seul l'avenir répondra à cette question.
De toute façon, il n'est plus temps de se prendre la tête avec ça. Nous avons franchi le point de non-retour et nous ne pouvons plus qu'avancer…
Je vous tiendrai au courant, en attendant portez-vous bien.