Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

jeudi 18 juin 2015

Alors ? Deus vult ou Inch Allah ?...

Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman a eu une idée : transformer les églises inoccupées en mosquées. Aussitôt, une nuée de grenouilles a bondi hors des bénitiers en hurlant au blasphème, à l'image du dandy Sarkozyste Charles Consigny  qui demande si "on le droit de préférer des églises désertes, abandonnées, magnifiquement laissées vides et silencieuses, témoignant par leur seule présence de la civilisation qui les a construites, cette civilisation dont elles ont été à la fois l'œuvre et l'artisan, l'origine et la conséquence, l'incarnation"...et qui évidemment répond que non.
L'idée est-elle si choquante ?
Posons le problème :
D'un côté, il y a des églises vacantes, désertées par les fidèles et victimes de la crise de vocation des catholiques mais ceux-ci vous diront que dans une église, même abandonnée, il y a toujours la présence de Dieu. Moi, je réponds  que dans une église abandonnée, il n'y a que des courants d'air et de l'humidité. Et au bout d'un moment, les courants d'air et l'humidité font que les murs se désagrègent où pire, que le toit s'affaisse.
Dans ce cas, il y a deux solutions :
     -soit on laisse les choses en l'état, et inéluctablement, l'édifice devient une ruine
     -soit on répare.
Et si on répare, qui finance les réparations ? Les contribuables communaux. C'est le paradoxe français qui veut que même le pire bouffeur de curé mettra la main à la poche pour réparer cette église qu'il honnit.
De l'autre côté, il ya des musulmans qui cherchent des espaces où prier. Et lorsque des fidèles veulent prier, ils trouvent toujours un endroit pour le faire. Dans la rue, ou pire dans des caves ou des sous-sols sordides, lieux propices à tous les dérapages loin des regards et des oreilles.
Les intégristes cathos se refusent à laisser Mahomet entrer dans une église, même désaffectée. Ils préfèrent même que certaines soient transformées en hôtel où des couples légitimes ou pas peuvent se livrer à la fornication sans se préoccuper de l'éventuelle présence du petit Jésus.
A l'opposé, certains esprits éclairés et tolérants pensent que "Ce serait un bond en avant, une avancée et un apport intéressant dans le dialogue islamo-chrétien que ces églises soient réutilisées à des fins culturelles et sociales"…D'aucuns vont encore plus loin dans la démarche et font des proposition loin d'être stupides, par exemple celle-ci  :



Cette proposition n'a pas fini de faire des remous...
Moi, je suis assez d'accord sur le principe, à condition que ces églises-mosquées soient vendues. Après tout, l'Arabie Saoudite, le Qatar  et toutes ces sympathiques démocraties ont les moyens d'offrir des lieux de cultes à leurs fidèles. Au lieu de leur payer des ceintures d'explosifs, qu'elles leur payent des mosquées, tout le monde y retrouvera son compte...
Je vous laisse sur cette reflexion, le père Raffarin vient d'en démouler une bonne qui méritera commentaire...