Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

mardi 22 novembre 2016

Je me maaaAAArre...

Je me maaaAAArre...
Pourtant la pantalonnade n'est pas encore terminée, mais on peut déjà rire de la primaire et surtout des commentaires dont on nous abreuve depuis dimanche.

S'il y a une satisfaction à tirer de ce psychodrame, c'est la défaite de Sarkozy. Que dis-je défaite, la branlée oui ! Une bonne fessée à cul nul et de voir sa tête dimanche soir m'a payé de toutes les turpitudes q'il nous a asséné depuis des années.
 Cependant ma joie est nuancée par la crainte qu'il passe outre la décision des urnes et qu'il continue à essayer de nous pourrir la vie. Il n'y a guère que les juges qui pourront nous en débarrasser définitivement, si toutes ses turpitudes s'avéraient confirmées.


On peut s'interroger légitimement sur la présence lors de ces débats, de turlupins genre Poisson, Copé, Lemaire, voire NKM.
A part de punching-ball pour les cadors, à quoi ont-ils vraiment servi?
 Pour le reste, j'entends parler de la modernité de Juppé, l'homme qui fait ses courses à Prisunic...
Quand à Fillon le Droopy neurasthénique, je l'entends se félicité qu'une majorité de français adopte ses idées.
Une majorité ?
Voyons ça de plus près...
Il y a eu 4.047.000 de votants*(dont parait-il 15% de gens de gauche).
Ce bon Fillon a obtenu 44% des voix, soit 1.780.000 électeurs.
En France, il y a 44.600.000 inscrits sur les listes électorales.
Fillon a donc obtenu 3.9% des voix des électeurs.
Nous sommes loin, très loin du plébiscite claironné.
Quand à tous ceux qui nous annoncent doctement que le vainqueur de cette primaire sera le candidat opposé à La Marine,  et donc le futur président,  je leur dis rendez-vous en mai 2017.
Nous aurons l'occasion d'en reparler, et d'ici là, prenez bien soin de vous...

*Je m'interroge sur ces français qui paient 2€ pour aller voter alors qu'ils ne se déplacent pas lorsque c'est gratuit...

lundi 14 novembre 2016

Après Trump aux States, une Trumpette en France ?

Le 23 juillet 2016, le réalisateur Michael Moore avait prédit correctement que Donald Trump serait élu à la Maison-Blanche.
Il est maintenant convaincu que le président ne terminera pas son mandat de quatre années en raison d'une démission ou d'une destitution...


"Voilà ce qui va se passer et c’est pourquoi nous ne souffrirons pas durant quatre années avec Donald Trump, parce qu’il n’a pas d’idéologie, mise à part son idéologie à la Donald Trump", a affirmé Michael Moore sur MSNBC. "Et quand vous êtes un narcissique comme cela, qui est tellement narcissique puisque tout tourne autour de lui, il va, peut-être sans le vouloir, briser la loi. Il va briser la loi parce qu’il pense seulement à ce qu’il sera le meilleur pour lui."

Quand l’animateur Mika Brzezinski a demandé à Moore s’il souhaitait du mal à Donald Trump, le réalisateur lui a répondu qu’il "était le mal"en personne.
"Il est raciste. Il est misogyne. Il est autoritaire", dit Moore.
Plus tôt cette semaine à New York, le documentariste a appelé les gens à manifester dans les rues jusqu'à ce que Trump se retire de son poste de président.
Liste des choses à faire au lendemain de l'élection, selon Michael Moore :

1. Prendre le contrôle du parti démocrate afin de le rendre au peuple. La stratégie des dirigeants actuels a lamentablement échoué.

2. Virer tous les experts, analystes, sondeurs et tous ceux qui, dans les médias, se sont accrochés à leur théorie, refusant d'envisager d'autres possibilités ou d'admettre la réalité des faits. Imbus de leur propre personne, ces mêmes spécialistes nous disent aujourd'hui qu'il faut "résorber la fracture sociale" et "lutter contre les clivages". Ils vont sortir des conneries de ce type dans les jours et les semaines à venir. N'écoutez plus leurs salades.

3. Les représentants démocrates au Congrès qui ne se sont pas réveillés ce matin avec une furieuse envie de résister en entravant le programme des Républicains (comme ces derniers l'ont fait quotidiennement pendant les huit années de la présidence de Barack Obama) doivent éviter de mettre des bâtons dans les roues de ceux qui savent ce qu'il faut faire pour empêcher le triomphe de la mesquinerie et le délire qui s'annonce.

4. Arrêtez de dire que vous êtes "abasourdis" et "sous le choc". Dites plutôt que vous étiez dans votre bulle et que vous n'avez pas entendu le désespoir de vos concitoyens, abandonnés depuis DES ANNÉES par nos deux partis, qui rêvent de prendre leur revanche sur ce système, et dont la colère gronde. Quand une star de la télé a annoncé qu'elle avait l'intention de virer tous les responsables politiques, démocrates et républicains, ces Américains se sont retrouvés dans son discours. La victoire de Donald Trump n'a rien de surprenant. L'attitude méprisante de ses adversaires, qui ne voyaient en lui qu'un bouffon, a rendu son ascension irrésistible. C'est à la fois une créature et une création des médias, même si ceux-ci n'accepteront jamais de le reconnaître.

5. Répétez la phrase suivante à tous ceux que vous croiserez aujourd'hui: "HILLARY CLINTON A OBTENU LA MAJORITÉ DES SUFFRAGES!" La MAJORITÉ de nos concitoyens préféraient Hillary Clinton à Donald Trump. Un point c'est tout. C'est un fait. Si vous vous êtes dit ce matin que vous viviez dans un pays de cons, vous faites erreur. La majorité des Américains ont voté pour Hillary, pas pour Trump. La victoire de Donald Trump n'est due qu'au système — aussi obscur qu'absurde — des Grands Électeurs, un concept qui date du XVIIIe siècle. Tant que nous ne changerons pas ça, nous continuerons d'avoir des présidents que nous n'avons pas élus et dont nous ne voulons pas. Vous vivez dans un pays où la majorité des électeurs pensent que nous commençons à subir les effets du changement climatique, qu'à travail égal les femmes doivent être payées autant que les hommes, que les études universitaires ne devraient plus être synonymes d'endettement, qu'ils ne veulent plus que nous envahissions d'autres pays, qu'il faut augmenter le salaire minimum et que chacun devrait pouvoir bénéficier d'une couverture sociale digne de ce nom. Tout cela n'a pas changé. Nous vivons dans un pays où la majorité des gens partagent une vision "progressiste" de la société. Il ne nous manque plus que des responsables politiques capables de mettre en œuvre ces mesures (voir point n° 1, ci-dessus).

Mercredi, dès l'annonce des résultats et de la victoire de Donald Trump, les internautes partageaient déjà massivement ce billet prémonitoire du réalisateur. Écrit en juillet dernier (plusieurs mois avant l'élection), il donnait déjà les raisons de la victoire du milliardaire face à Hillary Clinton.

Mes bons amis, relisez-le chapitre 2 :  

Virer tous les experts, analystes, sondeurs et tous ceux qui, dans les médias, se sont accrochés à leur théorie, refusant d'envisager d'autres possibilités ou d'admettre la réalité des faits. Imbus de leur propre personne, ces mêmes spécialistes nous disent aujourd'hui qu'il faut "résorber la fracture sociale" et "lutter contre les clivages". Ils vont sortir des conneries de ce type dans les jours et les semaines à venir. N'écoutez plus leurs salades.

C'est très exactement notre situation en France et ce que nous devrions faire...
Reste à savoir si nous saurons en tirer les bonnes conclusions, dans le cas contraire, nous risquons fort de nous retrouver avec une Trumpette au pouvoir...

mercredi 9 novembre 2016

Un éléphant ça trumpe énormément ! ...

Un éléphant ça trumpe énormément ! 
Je commence ce court billet en rappelant que le symbole des Républicains Américains est …l’éléphant (humour) !
Si ce résultat entérine la défaite de Clinton, il marque surtout la débâcle des médias qui tous annonçaient son élection. Et de nous monter à longueur d’antenne des interviews d’américains qui se répandaient en éloge sur la bonne candidate…. 
Sauf que, en nous assommant avec ces américains pro-Clinton, généralement blancs, éduqués et habitants des grandes villes, ces médias occultaient l’américain  du fin fond de l’Arkansas, de l’Oklahoma, ce bouseux aux bottes éculées, avec un flingue dans la poche, un dans la voiture et cinq à la maison. Ou celui du Michigan  qui a vu sa ville de Détroit perdre 25% de ses 680 000 habitants et ses 30% de bâtiments vides où délabrés du fait de la mondialisation. Or ceux –ci se sont sentis abandonnés par une caste dominante dont Hillary Clinton est la digne et arrogante représentante.
Et puis surtout, comment les Démocrates qui se revendiquent être plus de 42 millions, ont-ils pu choisir comme candidate l’épouse d’un ex président dont les mandats ont été plus que chaotiques (ce qui avait largement contribué à l’élection de Bush Junior) et qui elle-même a largement prêtée le flanc à la critique ? Imaginez un instant Bernadette Chirac candidate à la prochaine présidentielle...
Finalement, les démocrates sont bien à la hauteur de leur mascotte …
Je ne vais pas ici répéter tout ce que vous avez déjà entendu ce matin, des âneries la plupart du temps. En effet, les mêmes qui nous prédisaient une victoire de Clinton dans un fauteuil nous expliquent maintenant ce que va faire Trump…et surtout, ils extrapolent et bien sûr nous mettent en garde sur ce qui pourrait se passer chez nous en mai prochain.
Personnellement, je ne suis incapable de dire si cette élection est une bonne chose pour les américains. D’ailleurs, comment savoir ce que Trump va faire alors qu’il ne le sait peut-être même pas lui-même… 
Pour l’heure, je me contenterais  de souhaiter aux Américains le meilleur pour ces quatre années qui viennent, de prononcer la phrase magique : Inch’Allah…et d'ajouter une petite blagounette...



A la prochaine, et d'ici là, prenez soin de vous...







vendredi 4 novembre 2016

La primaire de la droite...

C’est le sujet qui va agiter la gauche dans les semaines qui viennent : faut-il aller voter au primaire de la droite le 20 novembre ?
Certains pensent qu’en votant massivement pour Juppé, qui semble avoir leurs faveurs, cela permettra d’éliminer Sarkozy. Sauf que pour vraiment avoir une incidence sur le résultat, il faudrait se déplacer en masse, faute de quoi ces votes ne seront pas significatif et ne pèseront pas suffisamment.
En outre, en admettant que grâce à ces votes Sarkozy soit écarté, croit-on vraiment qu’on gagnerait au change avec Juppé ? Un simple coup d’œil à ses propositions permet de comprendre qu’il ne ressemble en rien à centriste modéré et encore moins à un homme de gauche. C’est un libéral en
économie et conservateur sur les questions sociétales. S’il se dit favorable au mariage pour tous, rien ne dit qu’il saurait résister à la pression de ses députés, en majorité opposés à cette loi. En outre, celui qui accepta d’être condamné à la place de Jacques Chirac (en échange de quoi ?)  n’a jamais brillé par son attention aux exclus, ni  par sa modernité, ni par son empathie envers les classes les plus modestes de la société.
Petite remarque insidieuse de ma part : il s’est engagé s’il était élu à ne faire qu’un seul mandat. Aucun de nos brillants interviewers n’a le courage de lui faire remarquer qu’en 2022, il aura alors 77 ans !!!
Mais il y a un aspect bien plus grave. Pour voter à cette primaire, il faudra signer cette profession de foi :
« Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France."
Comment quelqu’un de gauche peut-il signer un tel texte ? Car apposer sa signature sur ce document  est un véritable reniement de ses propres valeurs. Certes, un moment de honte est vite passé, mais l’honneur personnel devrait interdire ce genre de parjure.


Si vous êtes de gauche et que malgré tout vous vous rendiez à cette primaire, j’ai un dernier argument à vous opposer : vous devrez débourser 4 €uros pour participer aux deux tours et cet argent ira combler le déficit du parti Les Républicains, déficit largement creusé par Sarkozy qui en 2012 a dépensé sans compter pour sa campagne présidentielle.
Je suis atterré d’entendre des gens de gauche annoncer qu’ils vont aller voter à cette primaire car selon eux, celui qui en sortira vainqueur sera au 2ème tour face à Marine Le Pen.
Qu’est-ce-que signifie ce défaitisme ? Car ça revient à considérer comme acquises ces deux affirmations :
     -Marine Le Pen sera au 2ème tour ;
     -Il n’y aura pas de représentant de la gauche.
Je n’adhère pas à cette analyse manichéenne de la situation.
Et je vais plus loin : pour moi, le Front National ne sera pas au second tour, les sondages qui matraquent ce résultat depuis des semaines (et à 7 mois de l’échéance) sont tous sinon bidonnés, du moins manipulés par la droite. N’oubliez pas que quasiment tous les médias sont aux mains des milliardaires du CAC 40, tous amis intimes de Sarkozy.
Ces mêmes sondages veulent nous faire croire que le Président ne recueille plus que 4% d’opinion favorable. C’est juste grotesque.
La aussi un rappel s’impose : pour l’instant, Hollande n’a pas annoncé sa candidature. Et rien ne dit qu’il le fera !
La gauche, à l’exclusion de la plus extrême qui souhaite une victoire de la droite, voire de l’extrême droite, se retrouvera derrière le candidat qui émergera.
Les cartes seront alors rebattues et tout restera possible.
En ce qui me concerne, je n’ai jamais voté à droite et je n’ai pas l’intention de commencer maintenant. Je me contenterai de la primaire de la gauche qui elle aussi promet de ne pas être triste.
Nous aurons l’occasion d’en reparler.
D'ici là, prenez soin de vous…